Nomination de Sylvie Goulard : le président d'Anticor "étonné qu'on cherche à recycler des gens visés par des affaires"

Jean-Christophe Picard, président d’Anticor réagit jeudi sur franceinfo à la proposition - contestée - par l'Elysée de la candidature à la Commission européenne de Sylvie Goulard, impliquée dans une affaire d'emplois présumés fictifs du MoDem au Parlement européen.

Sylvie Goulard, alors ministre des Armées, au sortir du Conseil des ministres, au palais de l\'Elysée, à Paris, le 14 juin 2017.
Sylvie Goulard, alors ministre des Armées, au sortir du Conseil des ministres, au palais de l'Elysée, à Paris, le 14 juin 2017. (FREDERIC DUGIT / MAXPPP)

"Je suis un peu étonné qu'on cherche à recycler des gens qui sont visés par des affaires ou qui sont sur la sellette alors qu'on a des gens formidables à mettre et qui ne poseraient aucun problème", estime sur franceinfo jeudi 29 août Jean-Christophe Picard, président d’Anticor, suite à la proposition par l'Élysée de la candidature de Sylvie Goulard, ancienne ministre des Armées et ex-députée européenne, à la Commission européenne. Sa désignation fait débat, Sylvie Goulard étant impliquée dans une affaire d'emplois présumés fictifs du MoDem au Parlement européen.

Est-ce que selon vous une affaire qui n'est pas encore jugée, dans laquelle Sylvie Goulard n'a pas été entendue, aurait dû l'empêcher d'être commissaire européenne ?

Christophe Picard : Sans doute. Je pense que c'est une affaire quand même assez grave, qui vise d'ailleurs plusieurs partis politiques, pas seulement le MoDem. Peut-être qu'il aurait été pertinent d'attendre l'épilogue de cette affaire pour voir si Mme Goulard est lavée de tout soupçon. Après en France qu'on soit condamné ou pas ça ne change rien, vous voyez très bien qu'Alain Juppé ou Christine Lagarde, qui ont été condamnés, font une belle carrière donc de toute façon ce clivage de condamné/pas condamné n'a pas grande incidence sur la carrière politique des hommes et femmes politiques français.

En France, il y a le principe de précaution mais aussi le principe de la présomption d'innocence. Peut-on refuser de nommer quelqu'un qui n'est pas mis en examen dans une affaire qui dure depuis plus de deux ans déjà ?

Quand Mme Lagarde a été nommée au FMI, quand elle a été condamnée, immédiatement le gouvernement français a dit que c'était des faits antérieurs à sa nomination donc ce n'est pas grave. Si quelqu'un un jour est condamné il n'y aura aucune incidence et la personne sera maintenue. Donc oui principe de précaution parce qu'on sait très bien que si une condamnation intervient, on ne retirera pas la personne. C'est l'image de la France. Et la France est quand même un pays avec 60 millions d'habitants, il y a des gens formidables en France, des gens qui ont été exemplaires. Pourquoi ce n'est pas ces gens-là qu'on met en avant, qu'on met en lumière ? Je suis un peu étonné qu'on cherche à recycler des gens qui sont visés par des affaires ou qui sont sur la sellette alors qu'on a des gens formidables à mettre et qui ne poseraient aucun problème. C'est un peu l'exemplarité, l'image de la France en jeu.

Si ce n'est pas la condamnation ou la mise en examen, est-ce que le soupçon suffit d'entrée pour écarter une candidature ?

Je crois que Mme Goulard a répondu à la question puisqu'elle-même a voulu démissionner du gouvernement en estimant qu'elle devait pouvoir se défendre. J'ai un peu du mal à comprendre comment des ministres qui démissionnent parce que visiblement on considère qu'ils ne sont pas assez bien pour être ministres, se retrouvent soit président de l'Assemblée nationale, soit commissaire européen. Pourquoi pour être ministre il y aurait une exigence assez haute mais pour être commissaire européen on peut être moins exigeant ? C'est très important la Commission européenne. Le grand public quand il entend le mot Commission il pense que c'est un lieu de réflexion mais c'est l'équivalent du gouvernement européen donc ce n'est vraiment pas là qu'il faut mettre des gens qui pourraient poser problème ou qui pourraient porter atteinte à l'image de la France.

En plus Madame Goulard, quand elle était députée européenne, a eu une rémunération annexe d'un think tank de 10 000 euros par mois, ce qui pose question quand même. Parce que quand on est député européen, c'est légal d'avoir des revenus annexes mais à cette hauteur-là on peut se poser des questions. Député européen c'est vraiment un temps plein, donc quand on gagne 10 000 euros soit on était à temps plein sur un autre poste et on a délaissé ses fonctions de député européen, soit c'est un emploi fictif. Moi ça me pose question, ces 10 000 euros qu'elle a touchés pendant des années.