Damien Carême (député européen) : “C’était une question d’éthique”

Pour Damien Carême, député européen Europe-Ecologie-Les Verts, le rejet de la nomination de Sylvie Goulard prouve l’indépendance des députés européens.

Franceinfo

Interviewé par Patricia Loison, Damien Carême ne remet pas en question la “connaissance de l’Europe de Sylvie Goulard”, mais pose la question de “l’éthique” de cette nomination. “Il y a tout de même quelques questions par rapport à cet emploi (…) et cette affaire de l’assistant pour lequel il y a deux enquêtes. Notre combat est sur l’éthique”, commence le député européen Europe-Ecologie-Les Verts. Estimant que l’Europe est “dans une phase très particulière”, avec un “rejet par les populations de cette institution européenne”, Damien Carême souhaite des représentants “irréprochables (...), ce qui n’était pas forcément le cas ici”.

Pas de manœuvre politique ?

Avant Sylvie Goulard, deux autres nominations ont été en effet rejetées -deux candidats, un Hongrois et une Roumaine- en raison de conflits d’intérêts. “Une nouvelle Europe se met en place, cela n’a rien à voir avec des personnes… C’est sur l’éthique que cela se joue”, affirme encore le député, qui conclut : “Tout le monde analyse cela comme un camouflet pour Emmanuel Macron. On sait que l’Elysée a passé quelques coups de fil envoyés pour faire pression sur certains députés… Cela ne fonctionne pas comme ça, cela a été probablement contreproductif”.

Le JT
Les autres sujets du JT
Sylvie Goulard, commissaire européenne candidate au Marché intérieur, le 12 septembre 2019 à Genval (Belgique).
Sylvie Goulard, commissaire européenne candidate au Marché intérieur, le 12 septembre 2019 à Genval (Belgique). (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)