Cet article date de plus de dix ans.

Minute par minute, Eva Joly à Des Paroles et Des Actes

En direct, minute par minute, les principales interventions d'Eva Joly à l'émission Des Paroles et des Actes, sur France 2, le mercredi 11 avril.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Eva Joly à "Des paroles et des actes" le 11 avril (DR)

En direct, minute par minute, les principales interventions d'Eva Joly à l'émission Des Paroles et des Actes, sur France 2, le mercredi 11 avril.

21h24. David Pujadas dresse le portrait d'Eva Joly.

21h26. "L'espace entre les petits candidats est réduit, dit-elle. L'écologie demande des efforts aux citoyens. On ne raconte pas des histoires. Je suis coincée entre la gauche molle qui ne promet rien et la gauche folle qui promet tout. Je représente la gauche raisonnable." La candidate explique pourquoi les sondages sont si faibles pour elle. Elle stagne à 2 % d'intentions de vote.

21h28. Eva Joly tente de démontrer que sa personnalité ne doit pas rebuter les Français. "Je suis une femme combative", dit-elle.

21h31. "Notre devoir est de veiller sur les plus vulnérables, dit-elle alors qu'elle est interrogée sur le prix de l'essence. La candidate écologiste défend son "chèque essence". Elle veut "prendre les bénéfices des compagnies pétrolières et les redistribuer".

21h36. Interrogée sur l'emploi, Eva Joly explique qu'elle veut créer 1 million d'emploi grâce à la transition énergétique par "deux volets", alors qu'on lui objecte qu'en 10 ans, seulement 300 000 emplois ont été créés en France avec l'économie verte. Selon la candidate écologiste, 140 000 emplois peuvent être créés avec les énergies renouvelables, 440 000 emplois avec la rénovation des bâtiments, et 500 000 emplois dans le "mieux vivre ensemble". Questionnée sur le financement de ces mesures, elle botte en touche accusant la faillite de Dexia.

21h41. Les journalistes interrogent Eva Joly sur ses propos très durs à l'encontre de Nicolas Sarkozy. Elle réitère ce soir sur l'affaire Bettencourt. "Ce qu'il y a d'extraordinaire en France, c'est que lorsque vous êtes cernés par des affaires judiciares, vous pouvez vous présenter pour un 2e mandat", dit-elle au risque de passer outre la présomption d'innocence. "La présomption d'innocence ne suffit pas pour effacer l'impression que tout cela donne". Elle invoque des "témoins crédibles". "Je me sens de dire ce qu'on ne dit pas dans ce pays", dit-elle.

21h45. Eva Joly explique sa position sur la laïcité. "Pour moi, si on interdisait les femmes qui portent le hijab d'être nourrice aggréée, on les priverait de la possibilité de gagner la vie", dit-elle. "Les femmes disposent de leur corp et de leur apparence". La polémique porte sur les crèches. La loi sur l'interdiction du port de la burqa est-elle justifiée ? "Oui", dit-elle.

21h47. Interrogée sur sa proposition de dépennaliser le cannabis, Eva Joly répond qu'il faut appliquer le "principe de réalité".

21h49. Eva Joly est questionnée sur le problème du nucléaire, alors que François Hollande semble de dissocier de plus en plus de l'accord PS-EELV. "C'est un sujet de discussion", répond-elle.

21h50. Séquence mode ! Eva Joly explique pourquoi elle porte des lunettes de couleur différente. "C'est un contrat avec moi-même : à chaque moment important de ma vie je change de lunettes", explique-t-elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.