Menaces de mort contre des députés : l'Assemblée nationale saisit la justice

Ces menaces ont été envoyées par courrier électronique à des élus de tous bords, tels André Chassaigne (PCF), Eric Ciotti (LR) ou Alexis Corbière (LFI).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, préside une séance de questions au gouvernement, le 8 décembre 2020. (JACQUES WITT / SIPA)

Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a saisi la justice après des menaces de mort envers une cinquantaine de députés de tous bords, ont annoncé ses services à France Télévisions, mardi 9 mars, confirmant une information de l'AFP. Au nom de l'Assemblée nationale, il a effectué un signalement en application de l'article 40 du Code de procédure pénale, mardi après-midi.

Accompagnées de photos, ces menaces ont été envoyées par courrier électronique à des élus tels qu'André Chassaigne (PCF), Eric Ciotti (LR) ou Alexis Corbière (LFI). Le titulaire LREM du perchoir n'a pas été visé mais des députés de la majorité l'ont été. Charles de Courson (Libertés et territoires) dit avoir eu droit à un message titré "décapitation symbolique". "Parfois, les crimes commencent par des mots ou des images", met-il en garde. A ce stade, ces menaces restent non revendiquées et sans motif clair.

A la suite de ce signalement, une enquête a été ouverte pour "menaces de mort ou d'atteinte aux biens dangereuse pour les personnes à l'encontre d'élus", a annoncé le parquet de Paris. L'enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes.

La rédaction de franceinfo a eu accès à certains de ces messages, mais elle a fait le choix de ne pas les publier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.