Perquisition à LFI : Jean-Luc Mélenchon comparaît devant le tribunal de Bobigny

Jean-Luc Mélenchon, le chef de La France insoumise, est jugé jeudi 19 septembre au tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis) avec cinq autres prévenus pour rébellion, provocation ou encore actes d'intimidation, après la perquisition au siège du parti.

France 2

Le procès de Jean-Luc Mélenchon, qui s'ouvre jeudi 19 septembre, promet d'être sous tension. Quelle attitude le chef de La France insoumise adopte-t-il ? "Plutôt calme, on est loin de l'ambiance électrique que l'on a connue lors de cette perquisition filmée, mais on a compris qu'il suffirait d'une étincelle pour que ça se dégrade", indique le journaliste de France 2 Dominique Verdeilhan, en duplex depuis le tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis), où s’est ouvert le procès.

Dix ans d'emprisonnement encourus

"Tout le monde se retrouve sur les bancs du tribunal : d'un côté Jean-Luc Mélenchon et les cinq coprévenus, plutôt en retrait derrière les avocats, de l'autre une dizaine de policiers et gendarmes présents lors de la perquisition et qui sont aujourd'hui partie civile. Tout le monde avait l'œil rivé sur les écrans de télévision, parce que le tribunal a évidemment diffusé les images de cette perquisition filmée. Des faits pour lesquels les principaux prévenus encourent la peine de dix ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende", conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Jean-Luc Mélenchon à son arrivée au Palais de justice de Bobigny, le 19 septembre 2019. 
Jean-Luc Mélenchon à son arrivée au Palais de justice de Bobigny, le 19 septembre 2019.  (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)