Législatives : Benoît Hamon en difficulté dans la 11e circonscription des Yvelines

Benoît Hamon, laminé au premier tour de la présidentielle, peut-il conserver son siège de député dans les Yvelines ? La France insoumise est en embuscade.

À Trappes (Yvelines), c'est désormais la star. Benoît Hamon, nouvelle idole, et surtout des enfants. Depuis la présidentielle, il est parfois un peu gêné de cette notoriété qui ne se traduira pas forcément dans les urnes. En meeting, le socialiste doit repréciser, non sans humour, l'enjeu du scrutin de dimanche. "Je ne suis pas candidat pour être délégué de classe, mais député", plaisante Benoît Hamon. Pour lui, c'est loin d'être gagné. À la présidentielle, Benoît Hamon n'est arrivé qu'en quatrième position sans sa propre circonscription.

Le Républicain Jean-Michel Fourgous rêve de revanche

Il maintient sa ligne d'opposition claire à Emmanuel Macron. "Une fois qu'on a vu qu'Emmanuel Macron savait serrer les mains, ce qui n'a pas empêché que les États-Unis sortent des accords de Paris, maintenant on rentre dans le dur, le droit du travail", assure le candidat PS. Mais à Trappes, ce n'est pas Emmanuel Macron la cible principale, mais bien Benoît Hamon. Le Républicain Jean-Michel Fourgous, qu'il avait battu en 2012, ne rêve que de revanche. Benoît Hamon est aussi attaqué sur son flanc gauche avec le candidat de la France insoumise Mathurin Lévis. Jean-Luc Mélenchon est arrivé deuxième à la présidentielle dans la circonscription. Au total, ils sont 12 candidats à vouloir détrôner Benoît Hamon.

Le JT
Les autres sujets du JT
Benoît Hamon en meeting au Zénith de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 5 avril 2017. L\'ancien candidat PS à la présidentielle a annoncé, le 10 mai 2017, son intention de lancer un \"nouveau mouvement\" pour peser sur les propositions de la gauche.
Benoît Hamon en meeting au Zénith de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 5 avril 2017. L'ancien candidat PS à la présidentielle a annoncé, le 10 mai 2017, son intention de lancer un "nouveau mouvement" pour peser sur les propositions de la gauche. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)