Le début du procès de Jean-Luc Mélenchon et des cinq autres Insoumis marqué par un problème de... clé USB

Lors de l'audience jeudi matin, les images de la perquisition devaient être visionnées. Mais des soucis de clé USB ont ralenti le processus.

Jean-Luc Mélenchon à son arrivée au Palais de justice de Bobigny, le 19 septembre 2019. 
Jean-Luc Mélenchon à son arrivée au Palais de justice de Bobigny, le 19 septembre 2019.  (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Quand un procès prend des airs de spectacle mais que la régie n'est pas tout à fait au point. Après des manifestants appelant à la "résistance" devant le palais de justice et une demande de renvoi du parquet, le procès de Jean-Luc Mélenchon et de cinq autres membres de La France insoumise, dans le cadre de la perquisition mouvementée au siège du parti en octobre 2018, a pu débuter, jeudi 19 septembre à Bobigny. Mais ce sont ensuite plusieurs incidents techniques qui ont retardé la première matinée d'audience.

>> Suivez l'audience dans notre direct

Vers 10h45, le président de séance a réclamé que les quarante minutes de l'émission "Quotidien" (TMC) montrant la perquisition soient diffusées. Mais visiblement, c'était impossible sur le moment. "On appelle le technicien", a alors annoncé le président. Pour patienter, les extraits de l'émission ont été projetés, avec la fameuse séquence durant laquelle Jean-Luc Mélenchon déclare que sa personne est "sacrée".

Problèmes techniques en cascade

La défense a réclamé, à nouveau, la diffusion de l'intégralité des rushs des journalistes de "Quotidien", arguant que les images sélectionnées par l'émission font état d'un "parti pris éditorial". Le problème technique a cependant persisté à cause d'une incompatibilité entre l'ordinateur, un PC, et la clé USB, formatée... pour un Mac.

Grâce à la mobilisation du tribunal, le visionnage des séquences longues et non coupées de l'émission de TMC a finalement pu commencer vers 11h10. Mais là, nouveau couac : les séquences ne sont pas dans l'ordre. Agacement du côté des parties civiles. "Vous passez tout ?", interroge maître Eric Dupond-Moretti. "On ne les a pas vues, on est bien obligés", répond le président.

Une fois les fichiers remis en ordre, l'audience a repris son cours. Et c'est Jean-Luc Mélenchon qui a commenté les séquences qui défilaient... jusqu'à un nouveau souci technique, coupant le son de la vidéo.