Forces de l'ordre "barbares" : une centaine de policiers rassemblés devant le siège de La France insoumise

"C'est un signal important", estime le secrétaire général du syndicat Alliance.

Des policiers manifestent devant le siège de La France insoumise, le 26 septembre 2019 à Paris.
Des policiers manifestent devant le siège de La France insoumise, le 26 septembre 2019 à Paris. (MATHIAS ZWICK / HANS LUCAS / AFP)

Une centaine de policiers se sont rassemblés à l'appel du syndicat Alliance, jeudi 26 septembre, devant le siège de La France insoumise pour dénoncer les propos de son chef de file, Jean-Luc Mélenchon, qui a qualifié de "barbares" les forces de l'ordre. "C'est un signal important. C'est la première fois que nous manifestons devant le siège d'un parti politique. Maintenant ça suffit, il faut que les provocations de monsieur Mélenchon cessent", a déclaré Fabien Vanhemelryck, secrétaire général du syndicat de gardiens de la paix et gradés.

"Depuis des mois il y a une haine anti-flic. Maintenant c'est de la part d'un député, c'est inadmissible", a ajouté Vanhemelryck au milieu des drapeaux et ballons gonflables estampillés Alliance, à quelques mètres du siège de LFI. "C'est maintenant à la justice d'apprécier l'infraction mais nous nous porterons partie civile", a annoncé le syndicaliste après l'annonce par Christophe Castaner du prochain signalement à la justice des propos incriminés.

"Ils sont l'instrument de monsieur Macron"

Sur des vidéos tournées lors de la manifestation contre la réforme des retraites, mardi à Paris, Jean-Luc Mélenchon discute avec des manifestants affirmant avoir été victimes de violences policières lors de la Marche pour le climat samedi 21 septembre : "Oui, oui, c'est des barbares, soyez prudents, parce qu'ils ne s'arrêtent plus maintenant", leur répond le leader de LFI. Ces propos ont immédiatement fait réagir des syndicats de policiers, le ministre de l'Intérieur, son secrétaire d'Etat et le préfet de police de Paris.

Face aux policiers, une dizaine de "gilets jaunes" étaient également présents et interpellaient les agents en brandissant des pancartes portant des slogans tels que "mensonge d'Etat, Castaner coupable" ou encore les portraits de Steve Maia Caniço et Zineb Redouane. "Nous faisons face aux policiers, je ne suis pas de La France insoumise mais ils manifestent parce que Mélenchon les a traités de barbares sauf que c'est le cas. Ce sont des barbares. J'assiste tous les samedis (aux manifestations de "gilets jaunes"), je ne suis pas black bloc et je vois des gens se prendre des coups, être trainés par terre", a fait valoir Corinne, qui se présente comme "gilet jaune". "Ils sont l'instrument de monsieur Macron contre les citoyens", a-t-elle ajouté.