VIDEO. Présidentielle : revivez le meeting de Jean-Luc Mélenchon à Châteauroux

Le candidat de la France insoumise à l'élection présidentielle tient, dimanche après-midi, un meeting à Châteauroux (Indre).

JEAN-LUC MELENCHON / YOUTUBE
Ce qu'il faut savoir

A trois semaines du premier tour de l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon et son mouvement la France insoumise se réunissent, dimanche 2 avril, à Châteauroux (Indre), pour un rassemblement public que vous pouvez revivre sur franceinfo (images fournies par l'équipe de campagne du candidat). 

Le candidat confiant. "Vous sentez bien les amis que la vague se lève", a lancé le candidat devant 3 000 personnes, à 21 jours du premier tour. "S'il faut gouverner, nous saurons le faire" et "dès le premier jour, il y aura l'équipe qu'il faut", a-t-il encore affirmé. Malgré sa verve constante, le candidat a tout de même confié une petite baisse d'énergie. Interrompu par un de ses sympathisants, il a lancé : "Ami, je te demande amicalement de te taire car sinon, je perds le fil de ce que je dis. Je suis très fatigué."

Des sondages encourageants. A moins d'un mois du premier tour, Jean-Luc Mélenchon bénéficie d’une embellie et avoisine, dans les différents instituts de sondage, les 14% d’intentions de vote. Il devance désormais le candidat du parti socialiste Benoît Hamon, relégué à la cinquième place à environ 10%. Un nouveau sondage, publié dimanche, révèle que 44% des Français interrogés pensent que Jean-Luc Mélenchon est le candidat qui incarne le mieux "les idées et les valeurs de la gauche", devant Benoît Hamon.

S'imposer comme le troisième homme ? Dans Le Journal du dimanche, Jean-Luc Mélenchon affirme qu'il devient "une figure rassurante" pour les électeurs, en demande "d'humanité". "La nature de ma candidature a changé", poursuit-il. "J'apparais pour beaucoup comme une solution raisonnable... Non, pas raisonnable... Raisonnée." Son discours à Châteauroux sera l'occasion de le montrer et d'apparaître comme la troisième voie de cette élection. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

21h23 : Mélenchon à Châteauroux, Hamon à La Réunion, Le Pen à Bordeaux... A trois semaines de la présidentielle, le week-end a été chargé en politique : meetings, déplacements ou attaques entre candidats par déclarations interposées. Résumé signé France 2.




(FRANCE 2)

20h26 : Ce matin, Le Parisien se faisait l'écho de la rencontre entre Emmanuel Macron et Jacques Sun, figure de la communauté asiatique en France, accusé d'être un espion chinois. Des élus LR se sont emparés de l'affaire. Ils n'auraient pas dû, note une journaliste de Mediapart.

19h37 : Challenges publie les bonnes feuilles d'un livre détaillant les méthodes de financement du FN dans le collimateur de la justice. On y apprend que des candidats ont touché les 18 000 euros de l'Etat pour rembourser tracts et affiches sans avoir même fait campagne : "Moi, je n'ai rien fait. J'étais un prête-nom en définitive", confie une candidate fantôme du Puy de Dôme.

19h09 : Quelle est la stratégie des petits candidats pour exister dans cette campagne ? France 3 leur a demandé leurs trucs pour tenter de grappiller du temps d'antenne.





(FRANCE 3)

19h01 : Philippe Poutou, le candidat du NPA, participait à ce rassemblement. Devant les médias, il assurait "être présent en tant que citoyen, davantage que candidat. Pendant la campagne, le combat quotidien continue contre l'extrême-droite, le FN, qui n'est pas juste un autre adversaire électoral, mais un danger".

18h59 : Une manifestation contre la tenue du meeting de Marine Le Pen à Bordeaux a rassemblé environ un millier de personnes et s'est soldée par des heurts avec les forces de l'ordre. "Ni au pouvoir, ni dans la rue, ni dans les têtes : ne laissons pas le fascisme s'installer !" était le mot d'ordre de la manifestation.








(NICOLAS TUCAT / AFP)

18h36 : Selon le site réunionnais linfo.re, Jean-Luc Mélenchon envisage d'organiser un meeting à La Réunion via son hologramme. Le candidat de la France insoumise a dû repousser deux fois son déplacement prévu sur l'île, et désormais le temps presse.

18h24 : Le JDD indique que François Fillon a failli annoncer que François Baroin serait son Premier ministre lors du 20 heures de France 2 qui a suivi le fameux discours du Trocadéro, début mars. C'est le député-maire de Troyes qui l'aurait convaincu de ne rien annoncer in extremis, après avoir notamment consulté Nicolas Sarkozy.

18h21 : Emmanuel Macron et le rap, ça fait visiblement deux. En meeting à Châteauroux (Indre), cet après-midi, Jean-Luc Mélenchon ne s'est pas privé de le relever. Voici la séquence.



(FRANCEINFO)

17h49 : Au FN, on dit pis que pendre du site fdesouche - fer de lance de la "fachosphère". En témoigne ce commentaire de Louis Aliot dans Le Monde : "Fdesouche passe son temps à dire du mal de nous."

17h37 : Et pendant ce temps, chez BFM et CNews, on se prépare au débat à 11 candidats, qui aura lieu mardi soir. "Si tout partait en vrille, ce ne serait bon pour personne. C'est de l'intérêt de tous de se mettre au niveau d'un débat présidentiel", affirme le patron de SFR Média, Alain Weill, avant d'assurer que le débat sera "sans surprise et sans comique à la fin", car "ce n'est pas un spectacle". 3h30 plates, donc ?

17h37 : Et pendant ce temps, chez les Républicains, même ceux qui ont fait une croix sur la présidentielle gardent espoir pour les législatives. "J'y crois beaucoup. Si on perd la présidentielle, c'est sur un homme, pas sur un programme", confie un député au Parisien.

Un président sans majorité, et une Assemblée éclatée, ce serait du jamais-vu sous la Ve République.

17h26 : Et bim, Jean-Luc Mélenchon se paye Emmanuel Macron, qui a mal cité une chanson du groupe marseillais IAM, Nés sous la même étoile. "Il faut être culotté pour citer un truc qu'on n'a pas lu !", raille le candidat de la France Insoumise, pas fatigué par ses deux heures de discours à Châteauroux.




17h18 : "Je ne suis pas comme Marine Le Pen, un coup pour les 35 heures et un coup non ! Son programme n'a aucune chance d'être appliqué : un banc ou une chaise seraient mieux élus plutôt qu'elle."

16h59 : Si Emmanuel Macron et François Fillon ont eu droit à une volée de sifflets lors du meeting de Marine Le Pen à Bordeaux, la bronca réservée à Najat Vallaud-Belkacem a été particulièrement virulente. Voici la séquence.



(FRANCEINFO)

16h42 : "Le principal organe de Pierre Gattaz, c'est sa glande lacrymale. Il demande toujours plus d'argent."

Suite du meeting fleuve de Châteauroux (mais le candidat de la France insoumise avait prévenu qu'il allait faire long).

16h35 : Le discours de Jean-Luc Mélenchon se concentre sur le thème de la santé. Le candidat de la France insoumise cherche à mettre en avant son projet, en contradiction frontale avec celui de François Fillon qui veut raboter les remboursements. "On ne peut pas organiser l'hôpital comme une entreprise parce que ce n'est pas comme ça qu'on s'occupe des gens en détresse. (...) Les personnels de santé savent une chose décisive : un malade est une personne et non pas une maladie !"

16h28 : Si vous souhaitez suivre le discours de Nathalie Arthaud à Strasbourg, il est diffusé en direct sur Facebook.

16h24 : Marine Le Pen a commencé son meeting bordelais en faisant siffler les médias, coupables selon elle de dénigrer sa candidature pour favoriser celles du "système". L'animateur Laurent Ruquier, qui a eu un échange musclé avec Florian Philippot hier dans "On n'est pas couché", a eu droit à une attention particulière.



(FRANCEINFO)

16h24 : Merci Jean-Luc; votre discours ne change pas, vous vous souciez de la VRAIE vie des Français, et vos propos sont compréhensibles par tous. Je partage vos craintes, vos idées.

16h23 : "On m'a dit que j'étais seul. Je préfère être seul avec vous que mal accompagné !"


En meeting à Châteauroux, le candidat de la France insoumise a dénoncé ceux qui appellent à une candidature commune avec Benoît Hamon. Pour suivre son discours en vidéo, cliquez sur ce lien.

15h58 : Dans son meeting castelroussin, Jean-Luc Mélenchon déroule sur les "thèmes du vivant". "Il n'y a pas d'alternative au 100% énergies renouvelables, lance-t-il. Faire autre chose est un suicide."

15h47 : Pendant que Marine Le Pen tient un meeting à Bordeaux, des contre-manifestants sont réunis dans le centre-ville pour dénoncer la venue de la candidate du Front national. Le candidat anticapitaliste Philippe Poutou s'est joint à eux, selon Sud Ouest.

15h36 : "On ne le voit pas, et puis, tout d'un coup, il y a des bourgeons, et puis il y a des fleurs."

Le candidat de la France insoumise entame son discours avec une métaphore printanière et estime que "la victoire se rapproche".

15h36 : Jean-Luc Mélenchon arrive sur la scène du Mach 36 de Châteauroux. "Que ceux qui le peuvent s'asseoient", parce que "ça va être long", lance-t-il à ses sympathisants hilares. Vous pouvez regarder son discours sur franceinfo et dans notre direct.






15h31 : A quelques secondes de son arrivée sur scène à Châteauroux, Jean-Luc Mélenchon peut déjà se vanter d'avoir attiré plus de sympathisants que Marine Le Pen, qui s'était exprimée au même endroit il y a quelques semaines.

14h53 : Dans le même temps, à Bordeaux, les sympathisants de Marine Le Pen se pressent au Parc des expositions pour écouter le discours de leur candidate, prévu vers 15h30.

14h47 : @Anonyme : En effet, le candidat de la France insoumise doit prendre la parole dans l'Indre, à trois semaines du premier tour. Vous pourrez regarder son discours dans notre direct à partir de 15 heures. La Nouvelle République est déjà sur place.

14h47 : Mélenchon est en meeting à Châteauroux.

13h52 : "Le discours politique de campagne est particulièrement pauvre du point de vue du vocabulaire et du style."

Cette professeure de littérature à l'université américaine de Stanford estime que le vocabulaire des candidats est "limité, répétitif - il faut des slogans et mots simples".

13h27 : L'invité de l'émission "Questions politiques" de franceinfo est maintenant Stéphane Ravier, le sénateur-maire FN du 7e secteur de Marseille. Vous pouvez regarder son interview par ici.




13h03 : Marine Le Pen est attendue pour un meeting à Bordeaux, cet après-midi. Avant son arrivée, une manifestation doit avoir lieu contre sa venue en Gironde. Hier, des tracts anti-FN ont été jetés d'une haut d'une tour du centre-ville, selon Sud Ouest.