Candidature de Mélenchon : des parrainages citoyens pour "chercher un élargissement par rapport à ce qu'est aujourd'hui la France insoumise", explique Éric Coquerel

Pour La France Insoumise, ces parrainages sont une alternative aux 500 signatures d'élus légalement nécessaires pour se présenter à l'élection présidentielle.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Eric Coquerel, le 12 octobre 2012, à l'Assemblée nationale. (BERTRAND GUAY / AFP)

L'idée de valider la candidature de Jean-Luc Mélenchon avec 150 000 parrainages citoyens est de "chercher un élargissement par rapport à ce qu'est aujourd'hui la France insoumise", explique dimanche 8 novembre sur franceinfo Éric Coquerel, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis. Pour La France Insoumise, ces parrainages sont une alternative aux 500 signatures d'élus légalement nécessaires pour se présenter à l'élection présidentielle.

Il y a longtemps qu'on considère que le parrainage par uniquement des maires n'est pas très juste. Il y a une mission qui avait été commandée il y a quelques années qui s'était terminée sur l'idée d'un parrainage citoyen de 150 000 personnes. 

Éric Coquerel

à franceinfo

"On a tout simplement repris ce chiffre pour en faire un projet de loi qu'on espère voir passer à l'Assemblée pour la prochaine campagne électorale et qu'on s'applique à nous-mêmes maintenant, voilà d'où vient le chiffre", détaille Éric Coquerel.

Ce seuil de 150 000 signatures, "c'est surtout l'idée d'aller chercher un élargissement par rapport à ce qu'est aujourd'hui la France insoumise, qui est le plus grand mouvement de progressistes dans ce pays incontestablement. Mais on souhaite évidemment élargir encore plus, parce qu'on sait qu'il y a des personnalités, des élus, des militants des mouvements sociaux dans les quartiers populaires, dans les mouvements écologistes qui verront dans la candidature de rupture de Jean-Luc Mélenchon la solution pour faire face à la solution l'identitaire autoritaire et libérale que nous offre le couple Macron-Le Pen", poursuit le député LFI.

Lors de son interview sur TF1 ce dimanche soir, Jean-Luc Mélenchon a affirmé que "personne ne s'est proposé" au sein de la France insoumise pour se lancer dans la course à la présidentielle. Eric Coquerel raconte : "On a eu une réunion de députés hier et Jean-Luc Mélenchon a posé très clairement la question vis à vis de sa candidature et d'autres candidatures, affirme le député. D'autres candidatures, la réponse a été non. Et est-ce que la candidature de Jean-Luc Mélenchon rencontrait une opposition, la réponse a été 'non, du côté en tout cas des députés'. Et pour le mouvement, on va voir avec l'appel à signature populaire, à cette investiture populaire. Je pense qu'il y aura autant d'enthousiasme et de dynamique derrière."

"C'est une rupture avec ce qu'on vit aujourd'hui"

La candidature de Jean-Luc Mélenchon "peut rassembler, en tout cas, je l'espère, tous ceux qui pensent que la solution dans le pays, c'est une rupture avec ce qu'on vit aujourd'hui. La crise sanitaire et ses conséquences sociales sont tellement graves qu'il n'y a pas d'autre solution qu'une rupture". Et Eric Coquerel reprend la formule de son chef de file : "Il y a besoin de rallumer une lumière qui soit celle d'une alternative à tout le système que nous subissons. Franchement, je ne vois pour l'instant que la candidature de Jean-Luc Mélenchon pour le permettre, et nous laisser ainsi avoir la possibilité de remporter la présidentielle en 2022."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.