Cet article date de plus de quatre ans.

Avec son futur meeting en hologramme, Jean-Luc Mélenchon a-t-il réussi son "coup de com" ?

Le 5 février, le candidat du mouvement La France insoumise tiendra simultanément deux meetings : en chair et en os à Lyon, et sous forme d'hologramme à Paris.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon après un meeting au Mans (Sarthe), le 11 janvier 2017. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Après Tupac Shakur, Michael Jackson et Claude François, Jean-Luc Mélenchon va devenir un hologramme. Le candidat soutenu par le Front de gauche a annoncé, jeudi 12 janvier, qu'il tiendrait un double meeting le 5 février. Présent en chair et en os à Lyon, il le sera aussi, simultanément, à Paris, mais sous forme virtuelle. "Une première mondiale" pour un politique, fanfaronne le candidat : le président turc Recep Tayyip Erdogan et le Premier ministre indien Narendra Modi l'ont déjà fait, mais avec des messages pré-enregistrés, pas en direct.

Parasiter l'entrée en campagne de Marine Le Pen

Dans le camp Mélenchon, on explique que la première volonté était de répondre à Marine Le Pen, qui lancera sa campagne le même soir, le 5 février, et dans la même ville, Lyon. Le discours que prononcera Jean-Luc Mélenchon sera une réponse aux idées de la candidate frontiste, explique son porte-parole Alexis Corbière à franceinfo. Et la forme même, par sa modernité, est présentée comme "une réponse" au ton "réactionnaire" de la dirigeante du Front national : Jean-Luc Mélenchon veut "marquer qu'il faut avoir le goût du futur, et démontrer que l'intelligence humaine est sans limite", explique son bras droit.

"Ce n'est pas un gadget", jure Alexis Corbière. Mais Jean-Luc Mélenchon ne teste pas un procédé dans le but de le généraliser, plutôt pour le symbole. Selon Anne-Claire Ruel, spécialiste de la communication politique et auteure du blog Fais pas com' papa, ce meeting avec un hologramme peut lui permettre de gagner "la bataille de la communication". Avec cette annonce insolite, largement reprise dans les médias et partagée sur les réseaux sociaux, "il attirera des curieux, au-delà des militants. Que ce soit sur place ou sur internet, tout le monde va regarder pour voir ce que ça donne." 

"Si Manuel Valls faisait ça, ce serait beaucoup plus sérieux"

Pour Anne-Claire Ruel, Jean-Luc Mélenchon montre également qu'il a compris "ce qui fonctionne dans cette campagne : ce qui est hors système, ce qui est nouveau et ce qui est transgressif". Pour la communicante, Mélenchon, déjà perçu comme hors système mais pas forcément très neuf, met en avant son goût pour la technologie, comme il le fait sur sa chaîne YouTube. Et joue sur la transgression en se mettant en scène comme un trublion. "Quoi qu'ils puissent espérer tous, je peux me dupliquer en plusieurs exemplaires, a-t-il plaisanté lors de son annonce, si bien que l'embêtement permanent que je représente pour eux est quasiment inextinguible."

Faut-il s'attendre à ce que le meeting par hologramme devienne courant ? Rien n'est moins sûr. "On fait cette première, réussissons-la, et puis on verra", explique Alexis Corbière. Inédit sur le plan technique –le camp Mélenchon n'a pas dévoilé le nom de l'entreprise française qui assure la retransmission–, le dispositif a "un petit surcoût" par rapport à un meeting classique, juge son porte-parole. Mais surtout, l'idée est peut-être particulièrement adaptée à Jean-Luc Mélenchon, juge Anne-Claire Ruel : "il peut se le permettre parce que c’est un 'personnage'. Il a une forme d’humour et de second degré qui lui permet ce genre de choses. Si Manuel Valls faisait ça, ce serait beaucoup plus sérieux.Jean-Luc Mélenchon l'a dit lui-même, jeudi : "J'espère que la nouvelle fera sourire."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jean-Luc Mélenchon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.