Cet article date de plus de huit ans.

Mélenchon et Laurent réunis pour un meeting à Nîmes

Le coprésident du Parti de gauche (PG), Jean-Luc Mélenchon, et le secrétaire national du Parti communiste (PCF), Pierre Laurent, ont partagé la scène, vendredi soir à Nîmes, lors d'un meeting pour les municipales. Après plusieurs mois de tensions entre les deux formations politiques, c'était une première dans la campagne.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Maxppp)

C'était le premier, et vraisemblablement l'unique, meeting commun pour les municipales entre Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent, vendredi soir à Nîmes. Le coprésident du Parti de gauche et le secrétaire national du PC ne cachent pas, depuis plusieurs mois, leurs divergences d'opinion au sujet de la stratégie à adopter vis à vis du Parti socialiste.


Les tensions sont nombreuses et les deux formations apparaissent divisées pour ces municipales
dans bon nombre de villes, mettant à mal à la volonté d'union au sein du Front de gauche. Mais vendredi soir, les deux hommes sont arrivés ensemble sur la scène, accompagnés de la candidate nîmoise Sylvette Fayet, à la tête de la liste "Vivons Nîmes ensemble".

Alors que Jean-Luc Mélenchon plaide pour une autonomie totale vis à vis du PS, Pierre Laurent a fait le choix du cas par cas, en fonction des enjeux dans les différentes villes. Sur scène, le secrétaire national du Parti communiste n'a pas évoqué cette brouille, se contentant de déclarer que "plus les élus sont nombreux plus nous serons forts pour les européennes ". Et de rappeler que "le PCF a 8.500 élus locaux et est le 3ème réseau d'élus "

Interrogés par les journalistes en marge du meeting, Pierre Laurent s'est dit confiant quant à la santé du Front de gauche : "J'ai toujours été confiant sur le fait que nous allions surmonter les difficultés ". "Nîmes est un bel endroit pour se retrouver ", a-t-il estimé. La liste de Sylvette Fayet rassemble le FG, EELV et une "alternative socialiste".

Les deux hommes sont repartis chacun de leur côté


De son côté, le coprésident du Parti de gauche a rappelé que l'objectif du Front de gauche a toujours été "de constituer une nouvelle majorité choisie et voulue par le peuple ". "Ce qui signifiait d'entrée de jeu qu'elle n'aille jamais se compromettre dans des arrangements qui en dénaturerait la signification ", a-t-il glissé.

Mais malgré cette réconciliation officielle, la présentation des listes FG pour les élections européennes, qui lancera la campagne, a été repoussée au lendemain des élections municipales. Pierre Laurent souhaitait les présenter avant, alors que Jean-Luc Mélenchon veut attendre les résultats des élections municipales.

A LIRE AUSSI ►►► Front de gauche, Parti de gauche, Parti communiste, des stratégies à élections variables

Une nouvelle divergence de vues qui montre que la réconciliation n'est pas encore totale entre les deux hommes. A la fin du meeting, les deux hommes sont repartis chacun de leur côté, après que Jean-Luc Mélenchon a confié une dernière phrase : "Ma relation avec Pierre Laurent est simple, ce n'est pas quelqu'un qui se fâche et je ne suis pas rancunier. On a un problème politique, on essaie de le régler ".

Les candidats déclarés

Françoise Dumas (Nîmes capitale)
Jean-Paul Boré (Tous pour Nîmes avec Jean-Paul Boré)
Yoann Gillet (Nîmes, ville française!)
Eric Firoud (Nîmes en avant!)
Elizabeth Pascal (Tous Nîmois tous ensemble Nîmes notre ville)
Jean-Louis Wolber (Agir pour Nîmes)
Sylvette Fayet (Vivons Nîmes ensemble)
Jean-Paul Fournier (Passionnément nîmois) 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.