Cet article date de plus de cinq ans.

Mediapart accuse des proches de Marine Le Pen d'avoir menacé ses journalistes

Le site affirme qu'une des journalistes du site d'information a reçu des menaces de mort, vendredi 30 janvier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen donne une conférence de presse au siège du Front national, à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 6 février 2015. (CITIZENSIDE.COM / AFP)

Nouveau conflit entre le cercle proche de la présidente du Front national et Mediapart. Le site internet d'informations révèle, vendredi 6 février, qu'une de ses journalistes aurait été menacée de mort par un proche de Marine Le Pen. La situation est tendue entre le site d'information et le Front national. En novembre dernier, le FN a refusé l'accès de son congrès à Mediapart.

"Je vais te tuer !… Je vais te retrouver !… Je vais t’attendre en bas de chez toi !… ", aurait lancé Olivier Duguet, ancien trésorier du micro-parti de Marine Le Pen, Jeanne, à Marine Turchi, journaliste à Mediapart. Ces menaces auraient été proférées, vendredi 30 janvier, en présence d'un autre journaliste de Mediapart et d'un groupe de cinq personnes. Parmi eux, l'actuel trésorier de Jeanne, Axel Loustau.

Des "ragots", selon Marine Le Pen

Les journalistes de Mediapart se rendaient au siège de plusieurs sociétés d'Axel Loustau, dans le cadre d'une enquête sur les financement de ce micro-parti, explique Mediapart. Par la suite, Axel Loustau aurait justifié ce comportement auprès des deux  journalistes :  "Il faut nous comprendre, on est harcelés à cause de vos articles… Et mon ami est un peu nerveux…" Mediapart a fait une déposition auprès du commissariat du 11e arrondissement de Paris.

Interrogée sur cet incident lors d'une conférence de presse tenue ce vendredi au siège du FN, à Nanterre (Hauts-de-Seine), Marine Le Pen a évoqué des "ragots", relaie Libération. "Si Marine Turchi a quelque chose à reprocher à ces gens, elle peut porter plainte", a simplement déclaré la présidente du FN, ajoutant qu'elle continuait de ne pas vouloir "répondre à Mediapart".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.