VIDEO. Un journaliste de "Quotidien" expulsé sans ménagement d'une visite de Marine Le Pen

Alors que la présidente du Front national était en déplacement au Salon des entrepreneurs, à Paris, des journalistes de l'émission "Quotidien" de Yann Barthès, sur TMC, ont été éconduits manu militari par des agents de sécurité. 

Le Huffingtonpost

En marge d'une visite de Marine Le Pen au Salon des entrepreneurs à Paris, mercredi 1er février, trois journalistes de l'émission "Quotidien", présentée par Yann Barthès sur TMC, ont été violemment expulsés par des agents de sécurité. La scène a été filmée par un journaliste du Huffington Post. Quotidien a aussi diffusé sur Twitter la vidéo en question.

Alors qu'ils étaient accrédités pour suivre le déplacement de la présidente du Front national, les journalistes ont subitement été mis à l'écart par des vigiles. Selon une source au FN, contactée par franceinfo, ce n'est cependant pas le service d'ordre du parti qui est à l'origine de cette altercation. "Ce sont bien les vigiles du service de sécurité du Salon des entrepreneurs qui ont sorti l'équipe de 'Quotidien'", confirme à franceinfo la société Viparis, responsable du lieu.

Le Salon invoque une décision d'un "représentant des forces de l'ordre"

Selon les organisateurs du Salon des entrepreneurs, également contactés par franceinfo, le service de sécurité aurait agi "à la demande d'un représentant des forces de l'ordre" sur place. Celui-ci aurait demandé aux vigiles d'"isoler" un journaliste de "Quotidien" pour éviter "un gros mouvement de foule", alors que la candidate du FN à la présidentielle déambulait entre les stands. 

Ecartée une première fois sans ménagement, l'équipe de "Quotidien" tente alors de revenir à l'intérieur du salon. "Je suis accrédité ici, vous ne pouvez pas m'empêcher de poser des questions à madame Le Pen. Donc vous me lâchez et vous vous excusez pour cette violence", lance l'un des journalistes. L'équipe est alors refoulée une nouvelle fois. Dans la confusion, le ton monte de plus belle.

Mercredi soir, dans l'émission de Yann Barthès, le journaliste impliqué est revenu sur le "représentant des forces" dont il était question. Sur la vidéo diffusée par le "Quotidien", un homme fait signe aux vigiles de sortir les trois journalistes de TMC. En plateau, le journaliste explique que cet homme travaillerait pour Marine Le Pen. Le Salon des entrepreneurs aurait confirmé cette information à l'équipe du "Quotidien" . "Le problème, ce n'est donc évidemment pas les bousculades, parce qu'on y est habitué […] Le problème est qu'un service d'ordre, ici du salon, obéisse à un ordre d'une organisation politique, ici le front nationale", conclut le journaliste.

Par ailleurs, les journalistes de "Quotidien" sont régulièrement refusés aux événements du Front national. L'émission a d'ailleurs annoncé mardi 31 janvier que, comme le site d'information Mediapart, son accréditation pour les "Assises présidentielles" de Marine Le Pen, samedi et dimanche à Lyon, avait été refusée.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Comment les médias peuvent-ils améliorer la société ?" avec Make.org, Reporters d’Espoirs et plusieurs autres médias. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Le journaliste Paul Larrouturou, du Quotidien, se fait sortir avec force par la sécurité du Salon des entrepreneurs, le 1er février lors de la visite de Marine Le Pen.
Le journaliste Paul Larrouturou, du Quotidien, se fait sortir avec force par la sécurité du Salon des entrepreneurs, le 1er février lors de la visite de Marine Le Pen. (HUFFIGTON POST / Capture d'écran)