VIDEO. Marine Le Pen : "On serre le kiki des Français de plus en plus"

La candidate du Front national, en campagne pour le second tour de la présidentielle, a visité, mardi 25 avril, le marché de Rungis.

FRANCE 2

Marine Le Pen a visité mardi 25 avril à l'aurore le marché alimentaire de Rungis (Val-de-Marne). La candidate du Front national, qui s'est qualifiée pour le second tour de la présidentielle, a insisté sur la nécessité d'augmenter le pouvoir d'achat des Français : "Le meilleur moyen de tuer une entreprise , c'est de tuer ses clients. Là, on est en train de tuer les clients car on serre le kiki des Français de plus en plus. Quand même, les impôts et les taxes ont augmenté de 35 milliards !"

Elle s'est aussi posée en candidate de la "régulation" contre son adversaire Emmanuel Macron, celui de "l'ouverture totale". "Emmanuel Macron est pour la dérégulation totale, l'ouverture totale, le libre-échange total. Moi je crois que l'Etat doit poser des régulations au marché pour établir une concurrence loyale, permettre qu'un acteur ne détruise pas l'autre, comme c'est souvent le cas avec la grande distribution", a affirmé la candidate.

"Emmanuel Macron est pour la dérégulation totale"

Elle s'est inquiétée du "libre-échange total qui va mettre nos productions en concurrence totale avec des produits de moins grande qualité, de moins bonne traçabilité". Alors qu'on lui demandait si elle était venue voir "la France qui se lève tôt", expression attribuée à l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, la candidate d'extrême droite a répondu par l'affirmative: "La France qui se lève tôt, oui, la France qui se lève, qui travaille et qui voudrait travailler, mais qui n'en a pas la possibilité parce qu'aujourd'hui, on vit un chômage de masse." Emmanuel Macron avait visité Rungis une semaine auparavant.

La candidate du Front national à l\'élection présidentielle Marine Le Pen serre les mains d\'un boucher en visitant le pavillon de la viande, au marché de Rungis (Val-de-Marne), le 25 avril 2017.
La candidate du Front national à l'élection présidentielle Marine Le Pen serre les mains d'un boucher en visitant le pavillon de la viande, au marché de Rungis (Val-de-Marne), le 25 avril 2017. (CHARLES PLATIAU / POOL)