Présidentielle : trois fois où Marine Le Pen a évoqué Richelieu pendant la campagne

La candidate FN a de nouveau cité le cardinal comme "modèle" et "inspiration", mardi, sur le plateau de TF1, soulignant qu'il avait "refusé qu’une religion [le protestantisme] prenne le pas sur la France". Tout en prenant quelques libertés avec l'histoire.

La candidate du Front national, Marine Le Pen, à Paris, le 17 avril 2017.
La candidate du Front national, Marine Le Pen, à Paris, le 17 avril 2017. (ALAIN JOCARD / AFP)

Marine Le Pen prétend être "la seule à défendre une laïcité ferme". Mais cela ne l'empêche pas de se réclamer d'un cardinal, donc d'un dignitaire catholique : Richelieu. Dernier épisode en date sur TF1, mardi 18 avril. Interrogée sur son panthéon politique, elle a de nouveau évoqué l'homme d'Eglise du XVIIe siècle, en rappelant que ce dernier avait refusé "qu'une religion [le protestantisme] prenne le pas" en France

Franceinfo revient sur les trois fois où la candidate du Front national a évoqué le cardinal de Richelieu pendant la campagne présidentielle

Richelieu, ce "promoteur d’un Etat moderne"

Mardi 18 avril, Marine Le Pen est invitée dans l'émission "Demain président..." sur TF1. Au cours de l'interview, le journaliste Gilles Bouleau lui demande qui elle verrait bien dans son panthéon politique, "un homme ou une femme qui vous serve de modèle, d’inspiration". La candidate frontiste se lance : "En ce moment, Richelieu. Le promoteur d’un Etat moderne, qui a refusé justement, peut-être, qu’une religion [le protestantisme] prenne le pas sur la France, oui sûrement." Gilles Bouleau lui rappelle alors que le ministre de Louis XIII a mené une politique de répression violente contre les protestants avec le siège de La Rochelle, en 1627 et 1628. "Sur les 28 000 habitants de la ville, 5 400 ont survécu", rappelle Padre Pio, le blogueur-historien. 

Mais Marine Le Pen maintient son choix : "Qu’est-ce que vous voulez ? C'est peut-être les protestants qui avaient des revendications qui allaient à l'encontre de la nation."  Peut-être une façon détournée pour Marine Le Pen de faire un parrallèle avec l'islam, en comparant les musulmans d'aujourd'hui aux protestants du XVIIe siècle.

Des propos qui ont indigné des internautes sur Twitter. Et notamment Laurence Parisot, l’ancienne présidente du Medef.

D'autres ont tenu à souligner l'erreur historique commise par Marine Le Pen lorsqu'elle évoque le principe de "nation" au XVIIe siècle.

Par ailleurs, affirmer que Richelieu "a refusé qu’une religion [le protestantisme] prenne le pas sur la France" est pour le moins paradoxal, puisque Richelieu prônait, armes à la main, une seule religion en France, celle du roi : le catholicisme.

Pour rappel, le cardinal de Richelieu a commandé personnellement le siège de La Rochelle, en 1627 et 1628, contre les huguenots, ces Français protestants. 

Au bout de treize mois de siège très dur, où l'armée a tiré sur des vieillards et des enfants, la ville a fini par capituler. "Pour Richelieu, qui reprochait aux protestants un supposé républicanisme caché et leur particularisme jugé nocif à l’unité nationale, il s’agissait de les soumettre à l’autorité royale", analyse Padre Pio. Quelque temps après, Richelieu retire aux protestants "tous leurs droits politiques et territoriaux". Il ne leur laisse que la liberté de culte limitée à certaines villes, "probablement pour s’épargner une guerre civile totale".

Un portrait du cardinal lors du siège dans son QG de campagne

C'est un détail qui n'est pas passé inaperçu. En présentant ses vœux pour l'année 2017, Marine Le Pen n'a rien laissé au hasard en termes de décor. A droite de l'arrière-plan, un drapeau français. A gauche, une reproduction d'une partie du tableau du peintre Paul-Henri Motte représentant... le cardinal de Richelieu lors du siège de La Rochelle. "Le cardinal s’y tient debout dans la tempête les bras croisés, impassible, insensible à la pluie qui s’abat sur le sol, le regard tourné vers la droite, une épée au côté", analyse Padre Pio. Notons que sur le tableau original, conservé au musée d'Orbigny à La Rochelle, des prêtres catholiques se tiennent aux côtés du cardinal.

Pourquoi ce tableau et pas un autre ? L'historien y voit une stratégie de communication bien rôdée. Richelieu semble incarner "l’habileté et la fermeté, le calme dans la tempête, la clairvoyance… Autant de traits de caractère qui cadrent avec l’image que la présidente du Front national souhaite donner d’elle-même. L’armure comme l’épée cadrent avec le discours martial de Marine Le Pen et un discours centré sur la conquête du pouvoir."

Un porte-avions "Richelieu" si elle est élue présidente 

Mieux que son portrait dans le bureau du QG de campagne de Marine Le Pen, le cardinal de Richelieu donnera son nom à un porte-avions si elle est élue présidente de la République.

La mesure fait en effet partie des 144 engagements promis par la candidate. Il s'agit précisement de l'engagement n°121. Elle souhaite que la France se dote d'un second porte-avions. Celui qui viendrait alors prendre place au côté du Charles-de-Gaulle s'appellerait... le Richelieu. Un navire que Marine Le Pen juge "indispensable à la permanence à la mer de notre groupe aéronaval".