DIRECT. Regardez l'interview de Marine Le Pen dans "8h30 Aphatie"

La candidate du Front national répond aux questions de Jean-Michel Aphatie.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

La justice française a demandé au Parlement européen, vendredi 14 avril, de lever l'immunité de Marine Le Pen, visée par une enquête sur des soupçons d'emplois fictifs d'assistants parlementaires du Front national. La candidate à la présidentielle avait refusé, le 10 mars dernier, de se rendre à une convocation des juges en vue d'une possible mise en examen dans cette affaire. Marine Le Pen est l'invitée de "8h30 Aphatie", sur franceinfo, vendredi 14 avril.

Au coude-à-coude avec Emmanuel Macron. L'ancien ministre de l'Economie et la candidate FN arrivent en tête des intentions de vote au premier tour, avec 24% des voix chacun, selon une enquête Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France, publiée mardi 11 avril. Les deux favoris distancent Jean-Luc Mélenchon, qui recueille désormais 18,5% des intentions de vote.

Critiquée pour ses propos sur le Vel' d'Hiv'. Marine Le Pen a déclaré, dimanche 9 avril, que la France n'était "pas responsable du Vel' d'Hiv'", rafle au cours de laquelle plus de 13 000 juifs avaient été arrêtés puis déportés dans des camps nazis. Ces propos ont provoqué une vive polémique.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

23h16 : "Je suis un combattant. Que ce soit bien clair, je suis en campagne jusqu'au bout pour convaincre et éviter que les électeurs soient tentés de choisir un «bon candidat», alors que l'enjeu est de choisir un bon président."


Dans un entredtien à Libération, le candidat du PS refuse de se ranger derrière Jean-Luc Mélenchon. "La France a besoin de la gauche que je représente : sociale, écologiste, européenne et ouverte", explique Benoît Hamon.

22h25 : Comment font les candidats pour tenir le choc physiquement ? Le Figaro nous révèle que François Fillon consulte, une fois par mois, "un ostéopathe basque installé à Montmartre", que Jean-Luc Mélenchon fait 20 minutes de sieste par jour, ou encore que Nicolas Dupont-Aignan a misé sur l'absorption de spiruline, "une superalgue censée améliorer l'endurance".

22h08 : Une menace terroriste a été prise au sérieux ce soir et a déclenché un imposant dispositif de sécurité en marge du meeting de François Fillon à Montpellier (Hérault), rapporte le Midi Libre. Le quotidien ne précise pas la teneur exacte de la menace en question.

21h47 : "Je dis "nous" car nous sommes une foule de "je", une intelligence collective. Mon objectif, c'est de vous rendre le pouvoir."

Le meeting de Benoît Hamon vient de prendre fin à Rennes (Ille-et-Vilaine).

21h10 : Pierre Méhaignerie vient d'apporter son soutien à Emmanuel Macron, rapporte 20 minutes. L'actuel maire de Vitré en Ille-et-Vilaine a notamment été au cours de sa carrière politique Garde des Sceaux de 1993 à 1995 sous la présidence Mitterrand.

20h36 : "Madame Le Pen avec ses propos sur le Vel' d'Hiv nous a rappelé ce qu'est l'extrême droite. Elle est comme son père. Indigne."

Le candidat du PS est en meeting à Rennes (Ille-et-Vilaine).

19h48 : Benoît Hamon vient de faire son entrée à Rennes (Ille-et-Vilaine). Un meeting que vous pouvez suivre en direct ici.

19h16 : Benoît Hamon entame ce soir à Rennes (Ille-et-Vilaine) un déplacement de plusieurs jours dans l'Ouest afin de se confronter à la "réalité vécue" . Un meeting qui va commencer dans 15 minutes et qui sera à suivre en direct ici.

17h56 : Accueilli dans certains déplacements par des concerts de casseroles, François Fillon est poursuivi aussi sur les réseaux sociaux par un cri de ralliement de ses opposants : "Rends l'argent". Florilège des meilleurs détournements.

17h30 : "Quel que soit celle ou celui que vous éliriez, en dehors de moi, il vous entubera."

Dans un message vidéo publié sur son compte Facebook, le candidat à la présidentielle s'est adressée de façon très "directe" aux Français, en finissant même par tutoyer son audience. Regardez ci-dessous :

17h26 : Avant son meeting à Rennes ce soir, Benoît Hamon est allé visiter, dans la banlieue rennaise, le chantier de la ligne B du métro qui desservira 15 stations. Au passage, le candidat du PS a fait quelques selfies.



(DAMIEN MEYER / AFP)

17h13 : Le compte à rebours est lancé ! Les candidats n'ont plus que quelques jours pour convaincre les indécis avant le premier tour de l'élection présidentielle. Que prévoient-ils pour cette dernière ligne droite ? J'ai posé la question à leurs équipes. Entre meetings à répétition, longueurs de piscine et siestes, leurs réponses sont à lire dans cet article.

Les onze candidats à l\'élection présidentielle 2017 : François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Nathalie Arthaud, François Asselineau, Jacques Cheminade, Nicolas Dupont-Aignan, Jean Lassalle et Philippe Poutou.

(AFP / FRANCEINFO)

16h59 : Oui @Anonyme, vous avez raison. Nous avons aussi prévu de retransmettre sur notre site le meeting du candidat d'En marche! lundi en fin d'après-midi à Bercy.

16h59 : Merci de préciser le meeting de Macron à Bercy lundi à 17.30

16h36 : Vous avez raison @gabbrielle, je n'ai évoqué que les meetings de samedi et dimanche. Ce soir, François Fillon est à Montpellier à partir de 18 heures. Nous ne diffuserons pas son meeting en direct car nous l'avons déjà fait pour celui d'hier soir à Toulouse. Mais vous pourrez le suivre sur YouTube. Quant à Benoît Hamon, il est à Rennes et nous diffusons son meeting sur notre site à partir de 18 heures.

16h34 : Et le meeting de Fillon ce soir au Parc des expos à Montpellier, on zappe ;-)http://www.herault-tribune.com/articles/44182/montpellier-meeting-de-francois-fillon/

16h03 : Alors voici le programme @nono : Marine Le Pen tiendra un meeting demain à partir de 15h30, à Perpignan. Vous pourrez le suivre et le commenter en direct sur franceinfo. Dimanche, Jean-Luc Mélenchon sera à Toulouse à partir de 11h30. Son meeting sera également retransmis en direct sur notre site.

16h03 : Quels sont les meetings à suivre ce week end ?

15h01 : A une semaine du premier tour, seuls 68% des inscrits sur les listes électorales se disent certains d'aller voter, selon un sondage réalisé par l'Ifop. Un peu partout en France, des initiatives fleurissent pour encourager les citoyens à se déplacer. Franceinfo en a listé quelques-unes, plus ou moins insolites.

Un bureau de vote de Lille, le 29 mars 2015.
(THIERRY THOREL / CITIZENSIDE / AFP)

14h26 : @anonyme Selon le sondage Opinionway-Orpi pour Les Echos et Radio Classique publié aujourd'hui, Marine Le Pen est en tête des intentions de vote au premier tour, avec 23%, devançant Emmanuel Macron (22%), François Fillon (20%) et Jean-Luc Mélenchon (17%). Rappelons que les intentions de vote ne constituent pas une prévision de résultats. Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

14h17 : "Communiste", "totalitaire"... Le candidat de la France insoumise, en hausse dans les sondages, est visé par ses rivaux, comme Emmanuel Macron, François Fillon ou Marine Le Pen. Même une partie de la presse a mis en garde les électeurs, à l'instar du Figaro ou des Echos. Voici un aperçu des différentes attaques à l'égard de Jean-Luc Mélenchon.


(THIERRY ZOCCOLAN / AFP)

12h59 : Autre initiative contre l'abstention repérée par France Bleu, toujours dans les Côtes-d'Armor : un taxi basé à Ploubezre propose d'emmener gratuitement les personnes âgées de la commune vers leurs bureaux de vote.

12h59 : Comment lutter contre l'abstention ? Le bar La Chope, à Plouguiel, dans les Côtes-d'Armor, offre un verre de leur choix (et cela peut être une grenadine !) à tous les habitants de la commune qui se déplaceront pour aller voter au premier et deuxième tour. Une initiative signalée par France Bleu Breizh Izel.

12h48 : "Ils me connaissent mal, ils croient qu'ils peuvent acheter les gens. Mais moi, on ne m'achète pas".

Le candidat de Debout la France a indiqué ce matin à franceinfo avoir reçu du camp Fillon des demandes pour qu'il retire sa candidature. Si du côté du candidat de la droite, on dément, Nicolas Dupont-Aignan affirme avoir des preuves, des "SMS".

11h56 : "Vous avez choisi votre femme par défaut ou par amour ?" Invité ce matin de BFMTV, Nicolas Dupont-Aignan a utilisé une métaphore étrange pour évoquer le vote utile.



(BFMTV)

11h31 : Le quotidien précise qu'entre les électeurs encore pas certains de leur choix et la marge d'erreur de 2,7% inhérente à ce type d'étude, "ces quatre candidats sont actuellement dans un mouchoir de poche, sans qu'il soit encore possible de déterminer les deux finalistes".

11h29 : L'élection présidentielle est plus incertaine que jamais. Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria réalisé les 12 et 13 avril et publié ce matin par Le Monde, Emmanuel Macron (22%), Marine Le Pen (22%), François Fillon (19%) et Jean-Luc Mélenchon (20%) sont au coude-à-coude dans les intentions de vote.

11h15 : Benoît Hamon a bien pris la blague du site satirique Le Gorafi, qui indiquait dans un article que sa propre mère avait décidé de soutenir Emmanuel Macron. Le candidat socialiste a la présidentielle l'a dit à nos confrères de la 1ère.



(LA 1ERE)

10h35 : Sans vouloir vous faire offense, je crois que votre imagination travaille beaucoup, @Grasseau Christian. Dans un ouvrage sorti en 2012, Jean-Luc Mélenchon avait certes confirmé son appartenance à la franc-maçonnerie depuis 1983, mais le logo de son mouvement n'a rien à voir avec cela. Il s'agit simplement de la lettre grecque "phi", souvent utilisée pour faire référence à la philosophie. Le candidat avait expliqué qu'il avait été aussi choisi car la lettre renvoie aussi aux initiales FI de la France insoumise.

10h34 : Par contre Mélenchon a bien leurré les électeurs ! Son logo "france insoumise" n'est en fait que l'hologramme de la loge "franc-maçonnique" à laquelle il a fait obédience ! CECI NE CACHE T-IL RIEN ?????

10h18 : "François Fillon et sa très grande papesse de la communication, Anne Méaux, ont souhaité que je ne dise rien concernant l'identité de la personne qui a offert les costumes : moi."

Acteur de la "Françafrique", Robert Bourgi a accordé un entretien à Mediapart. L'avocat, qui avait offert d'onéreux costumes à François Fillon, indique avoir été sommé de se taire par le candidat une fois que l'affaire avait été ébruitée par la presse.

10h00 : Vous serez absent ou dans l'incapacité de vous déplacer les 23 avril et 7 mai pour voter à l'élection présidentielle ? Si vous avez rencontré des difficultés pour faire votre procuration, nous aimerions recueillir votre témoignage. Venez nous raconter votre expérience ici.

09h22 : Vous avez raison de le préciser, @anonyme. Jean-Luc Mélenchon a d'ailleurs évolué sur ces questions. Contrairement à ce qu'il proposait en 2012, son programme ne mentionne plus la régularisation de tous les sans-papiers, mais seulement des travailleurs. Il propose en outre de "cesser d'appliquer la directive sur les travailleurs détachés en France", comme nous l'expliquions dans un article.

09h22 : Bonjour, Marine Le Pen a dit plusieurs fois ces derniers jours que Jean-Luc Mélenchon était pour "l'ouverture totale des frontières" par opposition à elle qui "stopperait l'immigration". Il me semble que c'est un raccourci extrêmement dangereux : si Jean-Luc Mélenchon veut le maintien de la libre circulation et de l'espace Shengen, il a également des propositions en matières de contrôle de l'immigration. Pouvez-vous nous en dire un mot ?

09h02 : "Ne pas être en tête au premier tour ne serait pas un échec : l'important, c'est d'être qualifiée au second pour donner un vrai choix aux Français."

La présidente du FN conclut l'interview en évoquant ses objectifs pour le premier tour, qui aura lieu le 23 avril.

08h55 : "Je ne crois pas que mes électeurs soient tentés par Jean-Luc Mélenchon. En 2012, on l'avait donné à 17% et il a terminé à 11. Il a un problème majeur, c'est que les Français veulent la fin de l'immigration, et lui est pour l'ouverture intégrale des frontières."


La candidate FN évoque la dynamique de campagne de Jean-Luc Mélenchon, dont les intentions de vote sont en hausse dans les enquêtes d'opinion.

08h47 : Les juges du pôle financier de Paris, chargés de l'enquête sur les assistants parlementaires du Front national, ont demandé la levée de l'immunité pour les eurodéputées Marine Le Pen et Marie-Christine Boutonnet. La candidate FN, invitée de franceinfo ce matin, a réagi. "C'est la procédure normale", dit-elle.


(FRANCEINFO)

08h45 : "C'est Trump qui est en contradiction avec lui-même, pas moi. Il avait dit qu'il ne souhaitait pas être le gendarme du monde et semble avoir changé."

Marine Le Pen évoque les nombreux revirements de Donald Trump depuis son arrivée au pouvoir. Et assure vouloir toujours retirer la France du commandement intégré de l'Otan.

08h42 : "Le lendemain de mon élection, je procéderai à l'expulsion des personnes étrangères fichées S dans notre pays. J'ôterai également la nationalité française aux binationaux qui sont concernés."

La candidate frontiste évoque la question de la déchéance de la nationalité des personnes soupçonnées de lien avec l'islam radical.

08h35 : "C'est normal, c'est la procédure classique, je ne suis pas étonnée."

La présidente du Front national s'exprime sur la demande de levée de son immunité parlementaire par la justice dans le cadre de l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs au parlement européen. Elle dit "ne pas regretter" de ne pas s'être rendue à la convocation des juges.

08h32 : Alors que la justice a demandé la levée de son immunité parlementaire, Marine Le Pen est ce matin l'invitée de "8h30 Aphatie" sur franceinfo. Suivez avec nous son interview en direct.

08h22 : Simplement parce que c'est la règle imposée par le CSA, @anonyme. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel impose que dix clips de campagne soient diffusés chaque jour sur les chaînes du groupe France Télévisions, jusqu'au vendredi 21 avril inclus. Chaque jour, un candidat différent passe ainsi à la trappe, comme nous l'expliquons dans cet article.

08h22 : Pourquoi France 2 n'a pas diffusé le clip de campagne de Hamon hier soir alors qu'il y a eu les 10 autres ?

08h04 : Notre journaliste Hugo Cailloux a suivi Jacques Cheminade lors de ses déplacements à Lyon et Villefontaine. Il raconte la difficile campagne d'un candidat anti-finance en mal de notoriété.



(HUGO CAILLOUX / FRANCEINFO)