Attachés parlementaires : Marine Le Pen épinglée par le Parlement européen

Marine Le Pen a elle aussi été épinglée dans une affaire concernant ses attachés parlementaires. En direct de Bruxelles (Belgique), Valéry Lerouge nous explique qu’elle est condamnée à rembourser plus de 300 000 euros au Parlement européen.

France 2

En direct de Bruxelles en Belgique, Valéry Lerouge détaille ce qui est reproché à Marine Le Pen par le Parlement européen. "Il est reproché à Marine Le Pen d’avoir fait payer par le Parlement européen le salaire de deux permanents du Front national. Il y a d’abord Catherine Griset, ex-belle-sœur de Marine Le Pen, rémunérée pendant sept ans comme assistante parlementaire à Bruxelles, sauf qu’elle était en même temps également chef de cabinet au siège du Front national à Nanterre (Hauts-de-Seine). Le garde du corps de Marine Le Pen, Thierry Légier, est également concerné. Curieusement, il a été rémunéré en tant qu’assistant parlementaire local par l’Union européenne".

Réduction de salaire

Des fraudes que Marine Le Pen conteste. "Au total, c’est 340 000 euros que Marine Le Pen doit rembourser et elle refuse catégoriquement de payer. Il s’agit pour elle d’une enquête à charge, bâclée et politique. Elle a même l’intention de porter plainte contre l’Office de lutte anti-fraude qui a mené l’enquête. Si elle ne paye pas, le Parlement européen lui retirera chaque mois la moitié de son salaire".

Le JT
Les autres sujets du JT
Marine Le Pen, le 17 janvier 2016 dans l\'hémicycle du Parlement européen, à Strasbourg.
Marine Le Pen, le 17 janvier 2016 dans l'hémicycle du Parlement européen, à Strasbourg. (FREDERICK FLORIN / AFP)