Cet article date de plus de neuf ans.

Marine Le Pen veut rétablir la retraite à 60 ans avec "40 annuités"

Marine Le Pen s'est prononcée mercredi 25 janvier sur France Inter pour le retour de l'âge légal de la retraite à 60 ans. Elle a suscité la colère du Front de gauche, qui l'accuse d'"enfumer" les travailleurs, et de l'UMP, qui parle de "démagogie".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La présidente du Front National, Marine Le Pen (JOEL SAGET / AFP)

Marine Le Pen s'est prononcée mercredi 25 janvier sur France Inter pour le retour de l'âge légal de la retraite à 60 ans. Elle a suscité la colère du Front de gauche, qui l'accuse d'"enfumer" les travailleurs, et de l'UMP, qui parle de "démagogie".

Interrogée sur ce que devait être l'âge légal de la retraite, alors que son programme ne se prononce pas explicitement sur ce point, Marine Le Pen a répondu : "60 ans, je crois que c'est un âge correct".

"La meilleure option est la retraite à la carte, avec une retraite pleine à 40 annuités de cotisation", a déclaré sur France Inter la candidate du Front national à l'élection présidentielle, qui a défendu "la retraite par répartition" plutôt qu'une retraite par capitalisation.

Avec la réforme des retraites adoptée sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, la durée de cotisation pour une retraite à taux plein va passer à 41,5 années à partir de la génération 1955.

"La double condition, c'est 60 ans et 40 (annuités) pour une retraite pleine", avec des "exceptions" pour ceux qui ont commencé à travailler jeunes, a insisté Mme Le Pen.

Elle veut "enfumer les travailleurs", dit le Front de gauche

Pour le Front de gauche, la candidate d'extrême droite "veut 'enfumer' les travailleurs". "Elle fait semblant de tenir du discours social", écrit dans un communiqué Alexis Corbière, auteur d"un livre sur la présidente du FN ("Le parti de l'étrangère", Editions Flibuste).

Le conseiller de Jean-Luc Mélenchon fait également valoir qu'"il y a encore cinq ans, Marine Le Pen, alors directrice de campagne de Jean-Marie Le Pen, défendait ardemment la retraite à 65 ans et plus" et que "lors des manifestations et grèves de septembre 2011 pour la défense de la retraite à 60 ans, elle a consacré son énergie à insulter les grévistes".

"Dire aux Français qu'on va surmonter la crise et les déficits en travaillant moins longtemps relève tout simplement du mensonge le plus éhonté", a réagi le député et secrétaire national de l'UMP chargé des retraites, Arnaud Robinet.

"Comment peut-on croire à des promesses aussi mirobolantes et aussi démagogiques?", a-t-il demandé, qualifiant Mme Le Pen de "marchand d'illusions".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.