Cet article date de plus de sept ans.

Mariage pour tous : quand un sénateur évoque la "couleur" d'une sénatrice

Illustration du climat tendu qui règne lors de l'examen du projet de loi sur le mariage pour tous, cette sortie du sénateur UMP Bruno Retailleau à l'encontre de l'écologiste Esther Benbassa : "Nous n'avons pas la même couleur politique. D'ailleurs d'autres couleurs non plus". Après une interruption de séance, le sénateur a tenu à lever toute ambiguïté.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Les débats durent, au Sénat. Les sénateurs examinent actuellement l'article 4 du projet de loi sur le mariage pour tous, qui en comporte 22. Normalement, l'examen doit se terminer vendredi. Comme la gauche se retrouve souvent minoritaire en nombre dans l'hémicyle, chaque amendement, ou presque, est voté selon la procédure.

Les débats s'éternisent donc. Et les esprits s'échauffent... Illustration, avec cet incident de séance jeudi après-midi. "Nous n'avons pas la même couleur politique. D'ailleurs d'autres couleurs non plus ", a lancé Bruno Retailleau, sénateur UMP - et président du conseil général de Vendée - à l'encontre de sa collègue écologiste Esther Benbassa. "C'est scandaleux, je vous demande des excuses ! ", s'est exclamé Jean-Vincent Placé, le président du groupe écologiste.

Après une suspension de séance, Bruno Retailleau a fait cette mise au point : "Je voudrais dire solennellement, en m'adressant à ma collègue qui n'arrêtait pas de m'interrompre, que j'ai visé la différence de couleur politique et vestimentaire. S'il y a une ambiguïté, je la lève ". Fin de la polémique ? Pas si sûr...

"Je suis blanche et j'ai un accent qui est ma négritude" (Esther Benbassa)

Peu après, les deux sénateurs se sont à nouveau affrontés. Sur le plateau télévisé de Public Sénat. Esther Benbassa : "J'aimerais qu'on arrête ce genre de propos. Je suis blanche et j'ai un accent qui est ma négritude. Ni la religion, ni la couleur des gens ne devraient entrer en considération dans cet hémicycle qui est l'espace de la République ".
Et Bruno Retailleau de se défendre : "Il ne faut pas jeter l'anathème sur les gens, prendre des propos et les déplacer pour leur donner un autre sens, ça ce n'est pas acceptable."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.