VIDEO. Valls à la finale de la Ligue des champions : "Il y a toujours des grincheux"

Le Premier ministre a réagi à la polémique provoquée par son aller-retour Paris-Berlin pour assister au match de foot Barcelone-Juventus de Turin samedi soir.

Cette vidéo n'est plus disponible

Samedi 6 juin au soir, Manuel Valls a quitté Poitiers, où il participait au congrès du PS, pour se rendre à Berlin, afin d'assister à la finale de la Ligue des champions opposant Barcelone, sa ville natale, à Turin. Face à la polémique née de ce déplacement à bord d'un Falcon de la République, le Premier ministre a réagi sur l'antenne de BFMTV dès le lendemain, dans les allées de Roland-Garros.

"Il y a toujours des grincheux, il y a toujours ceux qui cherchent des débats, a-t-il dénoncé. Je voulais aussi rencontrer Michel Platini [le président de l'UEFA], parler de l'avenir de la Fifa, de l'Euro 2016", s'est ensuite défendu le chef du gouvernement. "Je travaille beaucoup, je m'engage beaucoup. (...) Il faut que ceux qui critiquent se disent qu'au fond, parfois, il faut être un peu plus optimiste et se dire que le sport ça apaise, c'est le respect des uns et des autres."

"N'essayez pas de créer de faux débats"

Les principales critiques et interrogations, toutes venues de l'opposition, tournent autour des moyens employés par le Premier ministre pour effectuer cet aller-retour. Samedi, Manuel Valls avait indiqué : "Je suis Premier ministre. Je me déplace avec les moyens que vous connaissez. N'essayez pas de créer de faux débats."

Si les moyens de l'Etat semblent donc avoir été utilisés pour le déplacement Paris-Berlin, on précise de source proche du PS que les allers-retours Paris-Poitiers de Manuel Valls ont été payés par le parti.

Manuel Valls s\'adresse à la presse, le 30 mai 2015, à Trente, dans le nord de l\'Italie.
Manuel Valls s'adresse à la presse, le 30 mai 2015, à Trente, dans le nord de l'Italie. (PIERRE TEYSSOT / AFP)