Manuel Valls souhaite un islam de France indépendant

Le ministre de l'intérieur Manuel Valls a appelé vendredi 6 juillet les musulmans à s'émanciper de toute tutelle étrangère afin de "construire un islam de France", un islam "qui trouve pleinement ses racines dans notre pays".

Le ministre de l\'intérieur Manuel Valls appelle à la construction d\'un islam indépendant.
Le ministre de l'intérieur Manuel Valls appelle à la construction d'un islam indépendant. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Le ministre de l'intérieur Manuel Valls a appelé vendredi 6 juillet les musulmans à s'émanciper de toute tutelle étrangère afin de "construire un islam de France", un islam "qui trouve pleinement ses racines dans notre pays".

Le ministre de l'intérieur Manuel Valls s'est exprimé lors de l'inauguration de la Grande mosquée de Cergy, dans le Val d'Oise, vendredi 6 juillet, en présence du président du conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui.

Un islam de France indépendant et un "dialogue serein"

Il a invité les musulmans à construire un islam de France indépendant de toute tutelle étrangère.

"Je sais les liens qui existent entre de nombreux musulmans, souvent étrangers ou récemment naturalisés, avec leur pays d'origine. Mais notre responsabilité, c'est de progressivement construire un islam de France, un islam qui trouve pleinement ses racines dans notre pays", a-t-il affirmé.

Autre priorité : la mise en place d'un "dialogue serein" entre responsables du culte musulman et pouvoirs publics, ainsi que la fin des "divisions", une allusion aux dissenssions internes au CFCM depuis sa création par Nicolas Sarkozy il y a huit ans.

Modèle électoral, règles de gouvernance et nature même de l'instance, uniquement cultuelle et non culturelle ou politique, sont l'objet de désaccords publics depuis 2003.

"Les divisions, les égoïsmes, les concurrences ne peuvent pas différer plus longtemps le dialogue indispensable qui doit s'ouvrir sur les sujets cultuels", a-t-il assuré.

La réforme du statut du CFCM bloquée

L'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant avait lancé début 2012 une réforme des statuts du CFCM, prévoyant notamment une modification de la présidence.

Mais la réflexion sur cette réforme se trouve bloquée.

En effet, la représentativité du CFCM est mise en cause au sein de la communauté musulmane, alors que l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans, a décidé de quitter l'instance en 2011.

«Un cadre existe. Il est sans doute imparfait. Il mérite peut-être d'évoluer. Ce cadre doit être exclusivement réservé aux questions liées au culte», a estimé M. Valls.

Il a invité à suivre l'exemple de la mosquée de Cergy, née d'un rassemblement entre dix associations musulmanes de la ville, issues de différentes communautés.