Cet article date de plus de cinq ans.

Loi Travail définitivement adoptée : quelles conséquences électorales pour le PS ?

Pour la troisième et dernière fois, le Premier ministre a engagé mercredi après-midi la responsabilité de son gouvernement pour faire adopter définitivement la Loi Travail.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (Le projet de Loi Travail définitivement adopté par le Parlement  © AFP)

Aucune motion de censure n'a été déposée aujourd’hui. La Loi Travail est donc définitivement adoptée.  La droite n'avait pas l'intention d'en déposer, et la gauche de la gauche, qui a échoué par deux fois à deux voix pour en déposer une, dépose donc les armes.

Une loi qui pourrait coûter cher sur le plan électoral

La majorité apparaît plus que jamais divisée. Beaucoup de députés s'inquiètent des conséquences électorales de ce texte, à neuf mois de la fin du quinquennat.

 

Un rapporteur frustré, des frondeurs amers et une majorité éparpillée : les cinq mois de joutes politiques, de contestation sociale et de 49-3 ont fait des dégâts…

"Cela coutera cher au chef de l’Etat ", prédit le député socialiste du Cher, Yann Galut.

 

Moi j'ai jamais vu autant de gens qui me disent : "Nous avons voté François Hollande au premier ou au deuxième tour et plus jamais nous ne voterons socialiste." C'est un immense gâchis. Je ne l'espère pas, mais je crois qu'avec cette loi Travail, François Hollande a définitivement perdu la présidentielle. (Yann Galut)

 

Et beaucoup de députés craignent d’avoir perdu toutes chances d’être réélu, y compris ceux qui étaient opposés à la loi, comme Yann Galut.

 

Même si moi je n'aurais jamais voté cette loi, je suis persuadé que le peuple de gauche, notre électorat, va nous en tenir rigueur et que ça va avoir des conséquences. Le peuple de gauche n'oubliera pas. (Yann Galut) 

Poursuivre le débat pour éviter la claque

C’est pour ça que le patron du groupe PS à l’Assemblée Nationale, Bruno Leroux veut poursuivre à la rentrée le débat autour de cette loi.

 

Je rendrai des comptes dès la rentrée, semaine après semaine sur les effets que la loi peut avoir et on verra qu'ils sont totalement le contraire de ce qui avait été prédit par les opposants. (Bruno Leroux)

 

Il faut désormais assurer le service après-vente pour tenter de convaincre l’opinion et éviter dans 9 mois de prendre une claque électorale. Le 15 septembre, une nouvelle journée d’action contre loi est prévue à l’appel de l’intersyndicale. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.