Soutien de Jean-Pierre Raffarin à Emmanuel Macron : "C’est triste pour notre famille politique"

L'eurodéputé Les Républicains Philippe Juvin estime que son parti pourrait devenir "un parti miniature", après le ralliement de l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin à Emmanuel Macron, lundi.

Jean-Pierre Raffarin a annoncé, lundi 4 mars, son soutien à Emmanuel Macron pour les élections européennes.
Jean-Pierre Raffarin a annoncé, lundi 4 mars, son soutien à Emmanuel Macron pour les élections européennes. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

"C’est triste pour notre famille politique", a réagit Philippe Juvin, eurodéputé Les Républicains, après que Jean-Pierre Raffarin a annoncé soutenir Emmanuel Macron pour les élections européennes. Dans un entretien publié lundi 4 mars par Le Figaro, l'ancien Premier ministre se dit d'accord avec le constat, la vision et le projet du chef de l'Etat. Selon Philippe Juvin, "la disparition progressive des sensibilités politiques au sein des Républicains va nous poser problème et va nous appauvrir"

Cette annonce de Jean-Pierre Raffarin est-elle un coup dur pour Les Républicains ? Philippe Juvin se dit "partagé" entre deux sentiments. "D’un côté ça clarifie les choses", assure le président de la fédération LR des Hauts-de-Seine. "Jean-Pierre Raffarin a fait un choix et j'espère qu'il a été fait après discussions avec Laurent Wauquiez. Mais le deuxième sentiment est le suivant : très clairement, c'est triste pour notre famille politique, qui doit probablement s'interroger. Les sensibilités politiques différentes ont fait la richesse de l'UMP à l'époque. Et clairement, la disparition progressive des sensibilités politiques au sein des Républicains va nous poser problème et va nous appauvrir". Cette absence de diversité des lignes politiques pourrait selon lui conduire le parti LR à "devenir un parti miniature, purement composé de conservateurs".

François-Xavier Bellamy, "une personnalité clivante" 

Par ailleurs, les positions conservatrices de la tête de liste aux élections européennes, François-Xavier Bellamy, divisent d'après lui le parti. "C'est une personnalité clivante qui représente une tendance", estime Philippe Juvin. La composition de la liste est donc essentielle, d'après l'eurodéputé : "Il faut que la liste soit plurielle. Il faut savoir attirer à soi des gens différents. C'est ce qui avait fonctionné avec Nicolas Sarkozy. L'UMP était une famille avec des tendances très différentes."

Cette absence de diversité de lignes politiques remonte à "la défaite de François Fillon", selon Philippe Juvin. "Nous avons alors perdu notre lisibilité politique. Mais aujourd'hui, nous devons réapprendre à travailler ensemble. La droite et le centre-droit ont toujours su travailler ensemble."