Soupçons de détournement à Marseille : reprise de la garde à vue de l'ancien directeur de cabinet de Jean-Claude Gaudin

La garde à vue du maire de Marseille a quant à elle été levée mercredi soir à 20h30.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Claude Gaudin, le 24 juin 2020, à Marseille. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

La garde à vue de Claude Bertrand, ancien directeur de cabinet de l’ex-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, a repris jeudi 18 février après avoir été interrompue mercredi soir, dans le cadre d’une information judiciaire sur l’emploi de proches de Jean-Claude Gaudin ayant dépassé l’âge de la retraite, a appris franceinfo de source judiciaire.

La garde à vue de Jean-Claude Gaudin a quant à elle été levée mercredi soir à 20h30. Aucune décision n’a été prise par les magistrats instructeurs à la suite de cette levée de garde à vue, mais "cela ne préjuge pas des suites qui seront données ou non à l’affaire", a précisé cette source judiciaire.

En question, le maintien en poste de proches à la Ville

Une information judiciaire a été ouverte le 11 juin 2019 des chefs principaux de "détournement de fonds publics par une personne chargée d’une mission de service public et de recel de ce délit". Cette enquête, qui vise l'ancien maire de la deuxième ville de France, âgé de 81 ans, porte notamment sur le maintien en poste de plusieurs proches à la Ville en tant que chargés de mission alors qu’ils avaient largement dépassé l'âge légal de départ à la retraite.

À la fin du mois de juin 2019, à la suite de plusieurs perquisitions, trois d'entre eux avaient dû quitter la mairie, comme Serge Botey, l'ex-adjoint à la culture de la ville, âgé de 70 ans ou encore Monique Venturini, 68 ans, ancienne adjointe au cinéma de la ville. Trois autres fidèles de l'ancien maire, comme son directeur de cabinet, Claude Bertrand, 79 ans, ou Jean-Claude Gondard, directeur général des services, avaient eux pu bénéficier d’une prolongation "pour intérêt de service".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.