Primaire de la droite : "Ce que je veux, c'est faire entendre ma voix", affirme Pécresse

Publié
Durée de la vidéo : 8 min.
Primaire de la droite : "Ce que je veux, c'est faire entendre ma voix", affirme Pécresse
FRANCE 2
Article rédigé par
G. Daret - France 2
France Télévisions

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, était l'invitée des "4 Vérités" de France 2, vendredi 9 juillet. L'occasion notamment de revenir sur la primaire des Républicains en vue de la présidentielle 2022.

Sur le plateau des "4 Vérités" de France 2, la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, qui a récemment plaidé en faveur d'une primaire à droite, a estimé qu'"aujourd'hui, il faut présenter des projets pour notre pays. Notre pays a besoin d'une vraie rupture avec le macronisme. [...] Et les résultats des régionales montrent que les idées de la droite et du centre sont majoritaires dans la majorité des grandes régions du pays. Donc nos solutions sont les bonnes."

"Une primaire de la droite sereine et rassembleuse, c'est possible"

Interrogée sur les raisons qui feraient d'elle la meilleure candidate pour la droite, Valérie Pécresse a mis en avant son bilan en Île-de-France, que ce soit au niveau de l'autorité, de la laïcité, mais aussi de l'écologie ou la question des fractures territoriales et sociales. Valérie Pécresse, officiellement candidate ? "Ce que je veux, c'est faire entendre ma voix", a expliqué la présidente de région. Refusant d'officialiser clairement sa candidature à la primaire, Valérie Pécresse a préféré mettre l'accent sur la nécessité d'un tel processus : "Moi, je crois, aujourd'hui, qu'une primaire de la droite et du centre sereine et rassembleuse, c'est possible." Celle qui s'est dite "vaccinée contre le Covid-19 et les divisions de la droite" s'est montrée confiante quant aux chances de la droite dans la course à la présidentielle : "Les Français ne veulent pas du duel Macron/Le Pen."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Primaire de la droite

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.