Présidentielle : la droite patine pour se trouver un nouveau champion

Les Républicains ont fait leur rentrée avec toujours un casse-tête : qui sera leur champion pour 2022 ? Et doit-on passer par des primaires pour la présidentielle de 2022 ? 

Petit point sémantique, ne surtout pas utiliser l'expression "primaires" si vous ne souhaitez pas énerver les Républicains. A droite, on préfère largement l'expression "mode de départage" tant le mot "primaires" rappelle de mauvais souvenirs avec la désignation de François Fillon et sa défaite au premier tour de l'élection présidentielle. Alors comment faire pour LR ? Comme en 2016, faut-il utiliser une primaire ouverte à tous ou une primaire fermée ? C'est la question qui s'est posée au siège du parti avec un conseil réunissant les cadres. C'est un groupe de travail qui va proposer une solution précise sur ce sujet mais pas avant le mois d'avril 2021.

Les grandes figures en danger

Les Républicains attendent tant pour une question d'image. La préoccupation des Français est la crise sanitaire et les plans sociaux qui arrivent. Si LR montre qu'il s'inquiète de son mode de désignation, ce serait ridicule et catastrophique. L'autre raison est plus politique. LR espère qu'après les régionales, les horizons seront plus dégagés. Trois candidats joueront gros en tentant de se faire réélire à la tête de leur région. C'est le cas de Xavier Bertrand (Hauts-de-France), Valérie Pécresse (Ile-de-France) ou encore Laurent Wauquiez (Auvergne-Rhône-Alpes). S'ils sont battus ils pourront dire adieu à 2022.

Le JT
Les autres sujets du JT
Laurent Wauquiez, le 16 mars 2019, à Lyon, lors du conseil national des Républicains.
Laurent Wauquiez, le 16 mars 2019, à Lyon, lors du conseil national des Républicains. (ROMAIN LAFABREGUE / AFP)