"Lobbies sionistes" : Jean-Frédéric Poisson "regrette infiniment" l'interprétation de ses propos

Le candidat à la primaire de la droite a été accusé d'antisémitisme après avoir affirmé que la "soumission" d'Hillary Clinton "aux lobbies sionistes" était dangereuse pour la France.

Jean-Frédéric Poisson, le 17 octobre 2016, à Paris.
Jean-Frédéric Poisson, le 17 octobre 2016, à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)

La commission de la primaire va-t-elle considérer cette mise au point de Jean-Frédéric Poisson comme des excuses ? Accusé d'antisémitisme après avoir affirmé que la "soumission" d'Hillary Clinton "aux lobbies sionistes" était dangereuse pour la France, le candidat à la primaire de la droite a écrit, vendredi 21 octobre, une lettre au Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

Je regrette infiniment que ces mots aient pu être interprétés comme de la haine à l’égard du peuple juif ou de l’Etat d’Israël : cette haine m’est totalement étrangère. Je condamne, comme je l’ai toujours fait, l’antisémitisme tout autant que l’antisionisme.Jean-Frédéric Poissondans une lettre au Crif

Après cette sortie sur la candidate à la présidentielle américaine, le Crif s'est dit "consterné" par ces "propos abjects". La commission d'organisation de la primaire à droite se réunira mardi 25 octobre pour décider de la suite à donner aux propos du président du Parti chrétien-démocrate (PCD). Il avait jusqu'à cette date pour s'excuser, sous peine d'être exclu de la primaire, a appris franceinfo.