Présidentielle 2022 : le nom du candidat investi par Les Républicains sera connu le 4 décembre

L'option d'un congrès ouvert aux seuls adhérents plutôt qu'une primaire a finalement été retenue. Seuls les adhérents du parti pourront donc voter.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président des Républicains, Christian Jacob, avant une réunion de son parti, le 20 juillet 2021 à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)

Après la méthode, le calendrier. Les prétendants à l'investiture des Républicains auront jusqu'au 13 octobre pour déclarer leur candidature, a annoncé Christian Jacob, le président de LR, mardi 28 septembre. Le parti de droite réunira un bureau politique le 6 octobre pour acter qu'un comité organisera et supervisera l'ensemble du processus. Outre des membres de la direction, "un représentant de chacun des candidats" en fera partie, précise la direction.

Un autre bureau politique est ensuite prévu le 13 octobre pour valider les candidatures, chaque candidat devant s'engager par écrit à respecter les valeurs de la droite et du centre et à soutenir publiquement le candidat désigné in fine. Les prétendants à l'investiture auront ensuite jusqu'au 2 novembre pour rassembler 250 parrainages d'élus.

Vers une participation de Xavier Bertrand ?

Le parti avait déjà arrêté la méthode de désignation, retenant l'option d'un congrès ouvert aux seuls adhérents plutôt qu'une primaire. Seuls les adhérents LR pourront donc voter lors du scrutin : les adhésions seront ouvertes jusqu'au 16 novembre, soit quinze jours avant le premier tour du congrès. Le vainqueur sera proclamé le 4 décembre, à l'issue d'un congrès.

Les candidats déclarés sont pour l'instant Valérie Pécresse, ainsi que Michel Barnier, Eric Ciotti et Philippe Juvin qui ont dit sur Twitter leur intention de participer au processus. Xavier Bertrand, opposé à une primaire mais qui a semblé moins intransigeant dans l'hypothèse d'un congrès, ne s'est pas encore exprimé.

Enfin, Christian Jacob a fermé la porte à Eric Zemmour : "Il n'y a pas de débat, on l'a toujours dit, il n'est pas dans notre famille politique, il n'a rien à faire dans le cadre de notre sélection pour un candidat."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Primaire de la droite

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.