DIRECT. Primaire à droite : revivez l'ultime débat télévisé

Les sept candidats à la primaire à droite se retrouvent jeudi soir pour un ultime débat télévisé, décisif à trois jours d'un premier tour incertain, avec un François Fillon en progrès et en mesure de troubler le duel Juppé-Sarkozy.

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Ce qu'il faut savoir

Pour les sept candidats à la primaire à droite, c'était le moment ou jamais d'abattre les dernières cartes. Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Copé et Jean-Frédéric Poisson se sont retrouvés sur le plateau de France 2, jeudi 17 novembre, pour un troisième et dernier débat télévisé à trois petits jours du premier tour.

>> CARTE. Primaire à droite : où sont situés les 10 228 bureaux de vote

Un premier tour incertain. Le débat était d'autant plus décisif que, selon les derniers sondages, l'issue du premier tour apparaît très incertaine, avec un François Fillon en progrès et en mesure de troubler le duel Juppé-Sarkozy.

Un débat d'environ deux heures. Ce troisième débat, tourné en direct depuis un studio de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), a duré un peu plus de deux heures. Toujours debout derrière des pupitres disposés en arc de cercle, les candidats ont répondu aux questions de quatre journalistes : Nathalie Saint-Cricq et David Pujadas (France 2), Jean-Pierre Elkabbach (Europe 1) et Hervé Favre (La Voix du Nord). Ils disposaient de 90 secondes par réponse, avec un droit d'interpellation de l'un de leurs adversaires.

Derniers meetings vendredi. Après ce dernier débat, les trois favoris lanceront un ultime appel au suffrage. Alain Juppé sera à Lille, vendredi, pour un grand meeting régional. Il comptait enregistrer à cette occasion le soutien du président de la région, Xavier Bertrand, mais ce dernier devrait finalement rester mutique avant le premier tour. Nicolas Sarkozy sera à Nîmes, tandis que François Fillon rassemblera ses soutiens à Paris, au Palais des Congrès. Bruno Le Maire sera en Corrèze, NKM dans le Tarn et Jean-Frédéric Poisson à Marseille.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

00h05 : Pourquoi n'en retenir qu'un seul ? Il faudrait plutôt les obliger à travailler ensemble ! Sauf bien sûr si tout ce théâtre n'a d'autre but que de monter sur le trône...

23h58 : Si on en croit le sondage mené par Elabe pour nos confrères de BFMTV, c'est François Fillon qui a été le plus convaincant lors de ce débat. C'est en tout cas ce qu'indiquent 33% des personnes interrogées.

23h57 : Il lui restait encore trois minutes. A la sortie du studio, Nathalie Kosciusko-Morizet a regretté la gestion du temps de parole du débat.

23h55 : Je trouve que Nicolas Sarkozy est maintenant hors course . Clair dans ses propositions, Fillon a pris la main tandis que Juppé devrait maintenir son avance. Pour moi, ce seront les deux qualifiés pour le deuxième tour : bon débat !

23h55 : Pas du tout convaincu par les débats aucun des candidats n'a parlé des problèmes inquiétants, qui concernent vraiment les Français !!

00h00 : Voici quelques-uns de vos commentaires, une fois le débat terminé.

23h51 : Nicolas Sarkozy ne répond pas à la question de France Info sur la question sur Ziad Takkiedine et préfère s'asseoir sur le plateau d'Europe 1.

23h46 : Le débat terminé, les journalistes politiques comptent les points. Êtes-vous d'accord avec leurs analyses ?

23h43 : "Cela partait dans tous les sens. Et concernant la gestion du temps de parole, ce n'est pas normal qu'on termine avec des différences de trois minutes."

23h41 :
"La revanche", "la déprime" et "la nostalgie", NKM (encore elle), a qualifié chacun de ses concurrents, mais sans donner de nom. Saurez-vous les retrouver ?

23h41 : "On peut être frustré concernant le temps de parole, mais il faut voir le verre à moitié plein."

23h38 : "Je trouve que le débat était moins tendu que les deux précédents."

23h41 : "S'il faut se faire insulter pour avoir le droit de parler...". Une sortie de NKM après que Jean-François Copé a traité François Fillon "d'imposteur".


23h40 : "[Le discours final de NKM], on sent que c'est une candidate qui fait dans l'excès car, elle l'a dit, elle n'est pas dans la course."

23h36 : "On est à la fin d'une longue campagne que j'ai commencée il y a près de trois ans", réagit François Fillon à la sortie du ring, pardon, du plateau.

23h37 : 2h30 bien tassées de débat, cela peut paraître un peu indigeste. Nous vous avons découpé les meilleurs moments en vidéo.




(MAXPPP)

23h35 : Pour l'après-match, direction le canal 27 de la TNT et notre chaîne franceinfo. Sachez qu'on continue aussi dans ce live.

23h33 : NKM conclut en rhabillant tous ses concurrents pour l'hiver. Elle reprend même l'expression de "majorité silencieuse", amplement citée par Nicolas sarkozy.

23h33 : Ce débat est terminé après avoir débordé d'une bonne vingtaine de minutes.


23h31 : "Je ne veux pas qu'on se réveille dans six mois avec la gueule de bois comme les Américains."

23h32 : "Tous mes concurrents ici ont proclamé qu'ils allaient gagner la primaire, alors que c'est faux. Je sais que ce ne sera pas le cas. Pourquoi voter pour moi ? Au premier tour, on choisit. Il y a la revanche, la nostalgie, la déprime, changer les personnes... (...) Voter pour moi, c'est choisir des solutions nouvelles (...), c'est dire non sans tergiverser à l'extrême droite, la combattre pour l'abattre."

23h31 : "Je dis aux Français qui nous regardent : 'N'ayez pas peur. N'ayez pas peur de contredire les sondages et les médias qui avaient tout arrangé en avance.'"

23h29 : "J'ai toujours dit la vérité aux Français. J'ai un programme qui n'est pas facile. Mais c'est le seul qui rendra sa liberté au pays."

23h28 : "Le monde qui s'annonce ne fera aucun cadeau à la France. J'ai connu la difficulté de gouverner la France au moment de la crise de 2008. La période qui s'annonce peut amorcer un nouveau départ. Je peux incarner ce nouveau départ."

23h26 : "La meilleure solution, c'est l'audace."

23h26 : Jean-François Copé fait référence à la bataille du pont d'Arcole, gagnée par Bonaparte, qui a eu lieu il y a plus de deux siècles (en 1796 exactement).

23h24 : "J'ai bâti un projet autour d'une idée simple : rétablir le commandement dans notre pays. En finir avec le côté versatile, de reculer bien souvent, et une certaine inconstance, qui a présidé à notre pays. Moi je rêve que dans les cinq, dix années qui viennent, la France retrouve sa grandeur."

23h25 : Le député hollandais (si si, il en reste) Sébastien Denaja tape sur le favori des sondages, Alain Juppé.

23h23 : Voici la passe d'armes entre Nicolas Sarkozy, qui tacle l'idée d'une identité heureuse, et d'Alain Juppé, qui rétorque quant à lui que "les Français (l')ont parfaitement compris".





23h23 : "Si vous me faites confiance, j'agirai vite, d'abord avec des ordonnances, et ensuite fermement."

23h22 : "J'ai entendu vos inquiétudes, vos souffrances, et aussi votre colère."

23h21 : "Le redressement de notre pays passe par des mesures énergiques, qui ne sont pas nouvelles. Chacun de mes concurrents a eu l'occasion de les mettre en oeuvre. Je veux être le candidat qui tiendra ces engagements. Je vous en fait la promesse."

23h22 : On en arrive à la conclusion, qui doit durer 1'30 pour chacun des candidats. Alain Juppé essaie de négocier : "On nous avait dit deux minutes."



23h20 : Bruno Le Maire entonne une nouvelle fois l'air du renouvellement de la classe politique, dont il serait l'incarnation. Lassée, NKM lui dit qu'il vient de faire la preuve du contraire.

23h20 : Voici la séquence durant laquelle François Fillon s'est rebiffé, dénonçant un débat "spectacle".

23h18 : Proche de Manuel Valls, le député Carlos Da Silva commente lui aussi le débat sur Twitter. Et juge que trois des protagonistes ne sont pas à la hauteur.

23h18 : "Il faut beaucoup de temps pour acquérir la maturité nécessaire [pour devenir président]. Est-ce qu'il faut avoir été président ou Premier ministre pour le devenir ?"

Tentative de Bruno Le Maire pour ne pas paraître trop inexpérimenté. "Et là, on arrive à dire le contraire de ce qu'on disait avant", tacle NKM.

23h19 : La pique de Bruno Le Maire, qui a dit que Juppé, Sarkozy et Fillon ont "un siècle de vie politique derrière eux", fait réagir Nicolas Sarkozy : "C'est de la jalousie affective".

23h14 : "Dire qu'on ne veut pas entendre parler de l'ubérisation ne rend pas service aux Français. Ce sont les mêmes qui, dans les années 80, n'ont pas voulu parler de robotisation, et qui ont fait le malheur des Français."

Les candidats plus jeunes (NKM, puis Bruno Le Maire) sont interrogés sur la révolution numérique.

23h12 : Alors que la fin du débat approche, on jette un petit coup d’œil aux temps de parole des sept candidats dans cette émission.



23h09 : "Je pense que les Français m'ont parfaitement compris. La France ne nage pas dans le bonheur."

23h10 : "Je pense qu'il n'y a pas d'identité heureuse quand il y a six millions de chômeurs et le plein emploi en Allemagne."

Anaphore de Nicolas Sarkozy qui vise frontalement Alain Juppé et son "identité heureuse".