Primaire à droite : des "soutiens d'extrême droite arrivent en force" chez François Fillon, fustige Alain Juppé

Le maire de Bordeaux a tenu un meeting à Toulouse, tandis que François Fillon a pris la parole lors d'une réunion publique près de Lyon.

Alain Juppé et François Fillon, candidats à la primaire à droite, dont le second tour est organisé le 27 novembre 2016.
Alain Juppé et François Fillon, candidats à la primaire à droite, dont le second tour est organisé le 27 novembre 2016. (LOIC VENANCE / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Engagés dans un mano a mano avant le deuxième tour, les deux candidats à la primaire à droite s'affrontent, mardi 22 novembre, par meetings interposés. Franceinfo fait le point sur ces premiers rendez-vous de cet entre-deux-tours. 

"Les soutiens de l'extrême droite arrivent en force" dans le camp de François Fillon, a lancé le maire de Bordeaux lors d'un meeting à Toulouse. "François Fillon a reçu le soutien de Nicolas Sarkozy, ce qui reconstitue l'équipe de 2007-2012", a-t-il ajouté.

>> Revivez le meeting d'Alain Juppé

 "A tort, Alain Juppé juge mon programme trop radical, a lancé François Fillon quelques minutes devant ses partisans réunis autour de Lyon. Je lui rétorque : 'Si on n'est pas radical maintenant, quand est-ce qu'on le sera ?'"

>> Revivez la réunion publique de François Fillon

 65% d'intentions de vote pour François Fillon : c'est le résultat d'un sondage Odoxa pour franceinfo sur le second tour de la primaire à droite. Une étude réalisée la veille et le jour du scrutin, avant le soutien apporté, dimanche soir, par Nicolas Sarkozy (20,6% des voix) à son ancien Premier ministre.

 Comparez les programmes. Pour en savoir plus sur ce que proposent les deux candidats, découvrez ce qui changera pour vous si François Fillon ou Alain Juppé deviennent présidents.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

23h43 : @dediou Absolument, rien ne vous en empêche, pour peu que vous signiez la charte de la primaire et vous acquittiez des fameux deux euros.

23h42 : Bonsoir, si nous n'avons pas voté pour le premier tour de la primaire, pouvons nous voter au deuxième?

23h41 : Le site écologiste Reporterre compare les programmes environnementaux des deux finalistes de la primaire. Bilan : Alain Juppé est "moins pire" que François Fillon, dont le programme est "en arrière toute".

23h07 : Proche de Poutine, François Fillon ? Pour la télévision russe, l'élimination de Nicolas Sarkozy est un tremblement de terre politique et la victoire de François Fillon au premier tour de la primaire est une excellente nouvelle. France 2 fait le point sur les relations entre le favori de la primaire et la Russie.





(FRANCE 2)

23h02 : Côté PS, on s'inquiète du succès de la primaire à droite, et des comparaisons que susciterait une primaire à gauche boudée par les électeurs. "Une primaire avec 800.000 votants ne serait pas à la hauteur. Elle serait surtout le signe avant-coureur d'une catastrophe politique", estime le député frondeur Christian Paul dans Le Figaro.

22h53 : Que pensent les fonctionnaires des 500 00 suppressions de postes proposés par Fillon ? France 2 est allé voir ce qu'en pensent les intéressés, au coeur du débat.





(FRANCE 2)

22h45 : Jusqu'à la semaine dernière, l'UDI était rangée derrière Alain Juppé. Plus maintenant. Les anciens ministres Hervé Morin, François Sauvadet et Maurice Leroy, ainsi que plusieurs parlementaires de l'UDI, ont annoncé leur ralliement à la candidature de François Fillon.

22h11 : Marion Maréchal-Le Pen brosse un portrait peu flatteur de François Fillon, dans une interview sur LCI : "C'est l'un des rares qui refusent encore de me serrer la main à l'Assemblée, pour votre information (...). La grande différence entre Alain Juppé et François Fillon probablement, c'est que l'un dit ce qu'il pense et l'autre pas, et en tous cas veut faire croire qu'il appliquera une politique différente d'Alain Juppé."

22h06 : Selon le chef de file des sénateurs PS Didier Guillaume, interrogé sur Public Sénat, François Hollande dira s'il est candidat (ou pas) le 10 décembre. C'est un samedi. A vos agendas !

Comme par hasard, ce jour-là, Emmanuel Macron organise un grand meeting à Paris.

21h49 : François Fillon taille la route dès la fin de son meeting lyonnais. Un journaliste de France 2 a pu saisir une réunion au sommet.

21h38 : La scène fait le tour des réseaux sociaux : un journaliste de Quotidien a été frappé avec un drapeau par un militant fillonniste.

21h16 : La religion fait son grand retour dans le débat électoral. Les catholiques, particulièrement les plus engagés, se mobilisent pour François Fillon. Reportage de France 2 à Versailles.





(FRANCE 2)

21h10 : Que de stéréotypes sur la conception de la famille ... à quel siècle vit Fillon ?

21h08 : Fillon ? Sors de ce corps Sarko !

21h08 : Fillon, enfin un homme d'état qui donne de l'espoir aux Français, merci

21h07 : Alain Juppé a le langage brutal des perdants , de ceux qui jouent leur va-tout

21h07 : Fantastique de Fillon un vrai discours presidentiel

21h07 : Comme dirait Eugène Saccomano, on refaiiiiiiiiiiit le match, dans les commentaires.

21h02 : Le discours de François Fillon s'achève, sous les applaudissements de la foule. L'ex premier ministre au sourcil charbonneux s'est montré beaucoup plus offensif que son rival.

20h57 : François Fillon, comme Alain Juppé, ont fait référence au Général de Gaulle. Une figure qui parle donc à la droite conservatrice et celle plus ouverte au centre.

20h55 : La France a besoin d'un grand pays comme la Russie , François Fillon s'impose comme un interlocuteur diplomate dans les relations internationales, ce qui n'est pas le cas d'Alain Juppé !

20h54 : "Les vapeurs de M. Hollande et les hourras de Mme Le Pen [après l'élection de Donald Trump] montrent qu'ils n'ont rien compris aux relations internationales", tacle François Fillon, qui avait réagi de façon très neutre à l'arrivée du candidat républicain à la Maison Blanche.

20h51 : François Fillon fait applaudir la Russie, qu'il considère comme un partenaire incontournable. "Moi je prendrai tous les moyens pour protéger les Français et j'utiliserai tous les pays volontaires pour abattre l'Etat islamique."

20h49 : "Dans la République française, les étrangers ont des devoirs avant d'avoir des droits. C'est une question d'identité nationale, mais aussi une question de courtoisie : le dernier arrivé dans la demeure ne doit pas se croire chez lui."

20h43 : Breaking news : notre journaliste Raphaël Godet a trouvé deux sympathisantes de gauche dans le public du meeting de François Fillon. Sa vidéo est à voir ici.

20h42 : Il annonce le rétablissement des allocations familiales pour tous, et la réécriture de la loi sur la filiation "pour défendre les droits de l'enfant."

20h43 : "Je remettrai la famille au coeur de toutes les politiques publiques. Pour moi la famille c'est une valeur, pas une variable d'ajustement budgétaire, encore moins un espace d'expérimentations sociétales hasardeuses."

20h52 : Le candidat égrène ses mesures en matière de justice : retour des peines planchers, tolérance zéro, constructions de places de prison "pour faire de l'impunité une réalité."

20h34 : "Je préfère supprimer l'ISF que voir l'économie française sans capitaux passer sous contrôle étranger. Ce sont les mêmes qui critiquent la suppression de cet impôt qui vont se rouler par terre devant le Qatar et les fonds de pensions américains pour sauver l'économie française."

20h32 : "Moi je veux vraiment sortir des 35 heures, pas avec des exceptions et des guillemets."

20h32 : "Ça me fait sourire quand on m'accuse d'être libéral, comme au Moyen Age on traçait des croix sur les portes des lépreux. Et ça m'amuse qu'on dise que je suis droit dans mes bottes."

"Droit dans mes bottes" était un des qualificatifs utilisés par Alain Juppé pour se décrire lorsqu'il était Premier ministre.

20h28 : C'est la foule des grands jours au premier rang du meeting de François Fillon.

20h27 : "Lorsque j'affirme qu'il faut casser la baraque pour la reconstruire autrement, on me rétorque que j'ai tort. A tort, Alain Juppé juge mon programme trop radical. Je lui rétorque : 'Si on n'est pas radical maintenant, quand est-ce qu'on le sera ?'"

Les supporters de Fillon sifflent le nom d'Alain Juppé. "Non, je ne vais pas trop loin quand je dis qu'il faut se donner les moyens de réussir."

20h24 : A l'applaudimètre, les supporters de François Fillon font plus de bruit que ceux d'Alain Juppé, mais les deux salles étaient de tailles différentes.

20h24 : "Si le sens du devoir n'était pas en moi, je vous promettrai n'importe quoi, à n'importe quel prix, et sans effort. Et c'est paraît-il ainsi qu'on achète le vote des Français."

20h24 : Boulette de l'équipe Juppé, qui envoie la Marseillaise alors qu'il terminait son discours. "Cela veut dire que vous en avez assez, c'est ça ?", s'amuse le candidat.

20h18 : "Les sondages peuvent recommencer leur yo-yo, moi, je trace mon sillon."

20h15 : François Fillon commence son discours... alors qu'Alain Juppé n'a pas fini.

20h15 : "Nous arrivons au terme de cette campagne, un peu longue, et si j'ai résisté à des emplois du temps chargés, c'est grâce à vous, et, je vais vous faire une confidence, grâce à Isabelle [sa femme]."

20h12 : Une invitée surprise au meeting de François Fillon, à Lyon.

20h04 : Pendant ce temps, à Toulouse, notre journaliste Ilan Caro fait marcher son chronomètre.