Présidence des Républicains : deux chats ont pu adhérer au parti et voter, selon le "Journal du dimanche"

Sollicités par franceinfo, ni la communication du parti, ni Aurélien Pradié ou Eric Ciotti n'ont répondu. Le troisième candidat, Bruno Retailleau, assure, lui, avoir saisi la Haute Autorité de LR en amont de l'élection "pour prendre des précautions".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les trois candidats à la présidence des Républicains, Eric Ciotti, Bruno Retailleau et Aurélien Pradié, posent avant un débat sur LCI, le 21 novembre 2022 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Qui d'Eric Ciotti, Aurélien Pradié ou Bruno Retailleau prendra la tête des Républicains ? Les 91 110 adhérents LR sont appelés à choisir leur dirigeant, lors d'un scrutin dont le premier tour s'est ouvert, samedi 3 décembre au soir, et doit se conclure dimanche à 18 heures. Mais des profils surprenants se cachent parmi les électeurs, à en croire le Journal du dimanche (article réservé aux abonnés).

L'hebdomadaire assure avoir réussi à faire adhérer au parti, puis voter, deux chats prénommés Kalli et Zizou, et appartenant à des membres de la rédaction. Pour ce faire, les propriétaires des "animaux ont versé", au nom des félins, "une cotisation en tant que 'couple' (40 euros pour deux au lieu de 30 par personne)" en utilisant les coordonnées d'une journaliste de la rédaction, qui a elle aussi "adhéré pour les besoins de la démonstration", écrit le JDD.

"Fermer les yeux sur les militants fantômes"

Bien qu'ayant tous les trois renseigné les mêmes cordonnées personnelles, Kalli, Zizou (via leurs propriétaires) et la journaliste ont tous reçu leur carte d'adhérent, et ont pu participer à l'élection du nouveau président des Républicains. Illustrant, de fait, la pratique du parti qui accepte de "fermer les yeux sur les militants fantômes", écrit l'hebdomadaire.

"A aucun moment, leur identité n'a été vérifiée"

Le "Journal du dimanche"

"Soucieux de ne pas influencer l’issue du scrutin, nous avons réparti les trois voix entre les trois candidats : notre journaliste a voté Retailleau, Kalli a choisi Ciotti et Zizou, Pradié", précise le Journal du dimanche. Et l'hebdomadaire de conclure : "A LR un militant en vaut trois"... même quand il ne s'agit pas d'êtres humains. 

Un précédent lors de la primaire 2022

Ces allégations sont d'autant plus délicates pour le parti que Libération révélait, en février, comment de faux adhérents (et même un chien) avaient pu participer à la primaire LR en vue de la présidentielle 2022. Ces "manœuvres frauduleuses (...) questionnent la sécurité et la sincérité du scrutin", concluait déjà à l'époque le quotidien. 

Sollicités par franceinfo, ni la communication du parti, ni Aurélien Pradié ou Eric Ciotti n'ont répondu. Le troisième candidat, Bruno Retailleau, répond ne pas vouloir faire de déclaration à ce stade. Mais il précise avoir, en amont de l'élection, "saisi la Haute Autorité [l'instance de validation des résultats des élections internes à LR] pour prendre des précautions", telle "une vérification dès que plus de quatre personnes sont rattachées au même numéro [de téléphone] ou à la même adresse". Or, selon un document interne consulté par le JDD, cette règle est bien en place. Ce qui permettrait, néanmoins, d'avoir droit "à trois votes par personne" tout en passant sous les radars.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Les Républicains - LR

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.