Cet article date de plus de trois ans.

Les Républicains : alors que les militants votent, histoire d'un déchirement

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Les Républicains : alors que les militants votent, histoire d'un déchirement
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Dimanche 10 décembre, les militants du parti Les Républicains doivent voter pour savoir quel président porter à la tête de leur mouvement. Avec, toujours dans les esprits, l'histoire d'une famille politique qui a connu bien des difficultés.

Quelque 235 000 adhérents vont devoir choisir le nouveau président des Républicains, dimanche 10 décembre. "Des militants qui ont jusqu'à demain soir, 20 heures, pour voter. C'est un vote électronique, soit depuis chez eux, soit en permanences", rapporte Guillaume Daret devant le siège des Républicains. Quelle participation attendre ? "Les prévisions ne sont pas très optimistes puisqu'ici au siège, on table sur 60 à 80 000 votants", poursuit le journaliste. Aujourd'hui, Les Républicains, c'est un parti fissuré, en proie au doute. "La droite aujourd'hui, elle est rétrécie, déséquilibrée et déprimée", confie l'éditorialiste Alain Duhamel.

Le désamour d'un parti

Les causes sont profondes et remontent à près de cinq ans. Après la défaite de 2012, s'engage la succession de Nicolas Sarkozy. Entre Copé et Fillon, la droite doit se choisir un nouveau chef. Le duel tourne au pugilat. C'est la première étape de la décomposition. De leur côté, les sarkozystes préparent le retour de leur champion qui n'a jamais vraiment quitté la scène, ce qui a en partie paralysé son camp. Mais ses rivaux ne veulent pas lui laisser le champs libre. Les primaires s'avèrent une idée désastreuse. Les affaires plombent François Fillon, et la droite perd au premier tour. Difficulté supplémentaire aujourd'hui : une partie de l'électorat des Républicains plébiscite Emmanuel Macron.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Les Républicains

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.