Le parti Les Républicains se ravise et accorde finalement un sursis de huit jours à Gérald Darmanin avant de l'exclure

Le ministre des Comptes publics est sanctionné pour "dissidence électorale".

Le ministre de l\'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, lors d\'une conférence de presse, le 28 septembre 2017, au ministère des Finances, à Paris.
Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, lors d'une conférence de presse, le 28 septembre 2017, au ministère des Finances, à Paris. (PATRICE PIERROT / CITIZENSIDE / AFP)

Difficile de suivre les décisions du parti Les Républicains. Après avoir dans un premier temps voté l'exclusion de Gérald Darmanin, le bureau politique du parti a finalement décidé, mardi 3 octobre, d'accorder au ministre de l'Action et des Comptes publics huit jours de délai, comme il l'a fait pour les autres personnalités de droite ayant rejoint le camp d'Emmanuel Macron.

Un courrier de la direction de LR a été adressé "à Edouard Philippe, Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu, Franck Riester et Thierry Solère, pour leur permettre de s'expliquer", le bureau ayant décidé "à l'unanimité que sans réponse de leur part d'ici huit jours, leur départ des Républicains serait acté", a indiqué la direction de LR. Les neuf autres députés LR présents dans le groupe Les Constructifs ont eux jusqu'au 30 novembre pour répondre à l'ultimatum posé par le bureau politique du parti.