Les Républicains : dissidence à droite après un score historiquement bas

Après un score historiquement bas enregistré pour les européennes (8,5%) dimanche 26 mai, la droite remet en question la structure même des Républicains. Gérard Larcher propose la création d'un mouvement parallèle, en dehors du parti.

FRANCE 2

L'offensive est relancée à droite. Mardi 28 mai, le président du Sénat Gérard Larcher propose une refondation du centre droit, au-delà même des Républicains. Dès l'issue du scrutin des européennes dimanche 26 mai et du score historiquement bas de la droite (8,5%), Bruno Retailleau annonçait déjà : "Si on ne se rassemble pas, on disparaîtra". Dans leur viseur, le président des Républicains Laurent Wauquiez qui n'a pas l'intention de démissionner.

"Des divisions mortelles"

Mais cette dissidence est diversement appréciée par les députés LR. Une nouvelle crise qui s'annonce à droite, deux ans après l'élimination de François Fillon au premier tour de l'élection présidentielle. Mardi 28 mai, Laurent Wauquiez a indiqué qu'il prenait toute sa part de responsabilité dans la défaite des européennes. Il met néanmoins en garde "contre des divisions mortelles". 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, le 6 décembre 2018 à Paris.
Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, le 6 décembre 2018 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)