"Laurent Wauquiez doit se remettre en question" : les militants LR veulent un changement de cap après la débâcle des européennes

Le patron des Républicains, Laurent Wauquiez, est au centre des critiques depuis l'échec du parti aux élections europénnes.

Laurent Wauquiez sur le plateau de France 2, lors d\'un débat pour la campagne des européennes.
Laurent Wauquiez sur le plateau de France 2, lors d'un débat pour la campagne des européennes. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

L'échec de leur parti aux élections européennes, avec seulement 8,48% des voix, occupe tous les esprits. Les piliers des Républicains tentent de comprendre ce qui n'a pas été pour ne pas répéter les mêmes erreurs. Un bureau politique s'est tenu, lundi 27 mai, et une explication a eu lieu le lendemain à l'Assemblée nationale entre les députés du parti et le président de la famille politique, Laurent Wauquiez, au centre des critiques. S'il a appelé au rassemblement, il a été court-circuité et devancé par le patron du Sénat, Gérard Larcher, qui appelle à une refonte de la droite et du centre.

Cette "bataille de l'après", les militants la scrutent de près, bien qu'encore groggy par les résultats, à l'image d'Alexis Findykian. "Je suis toujours en deuil, avoue ce militant du Var. Je pense qu'il faut lancer une grande consultation. Il va y avoir l'été, chacun va pouvoir se reposer, réfléchir. À la rentrée, les européennes seront derrière nous et on pourra embrayer sur une nouvelle voie."

Des états généraux de la droite à la rentrée

Laurent Wauquiez propose justement des états généraux de la droite, après l'été. Mais la rentrée, c'est "trop tard", pour Anne-Julie Buisson, militante Les Républicains à Courbevoie, près de Paris. "Je souhaite que ça aille vite. On entend souvent dans le parti qu'il faut digérer la défaite. On a perdu, les autres ont gagné, le constat est là, maintenant il faut aller de l'avant, ça suffit de perdre du temps. Laurent Wauquiez doit se remettre en question. Sinon, il faut qu'il parte. Je serai vigilante sur ses propositions."

On est allé trop chercher les voix perdues après 2012, au profit du FN, sans penser à l'autre partie qui s'est tournée vers Emmanuel MacronAnne-Sophie Buisson, militante LRà franceinfo

L'une des clés, pour cette militante, c'est d'en finir avec un discours trop à droite. Une conviction partagée par Gabrielle Kabla, responsable des Jeunes Républicains à Courbevoie. Elle souhaite désormais "un programme clair qui ne parle pas uniquement d'immigration comme on a vu sur les tracts, on peut parler d'écologie, de la culture ou de la jeunesse".

Pour Sébastien Grange, le parti ne doit pas seulement renouveler son discours politique, il faut aussi de nouveaux visages. "Je ne suis pas pour le dégagisme mais il faut un renouvellement." Cette nouvelle dynamique ne doit pas trop tarder, pour cet habitant de Courbevoie. Les municipales ont lieu l'an prochain.