Journalisme "niveau CAP d'ajusteur-monteur" : les propos d'un membre des Républicains après l'enregistrement de Wauquiez ne passent pas

"C'est un exercice au niveau CAP d'ajusteur-monteur", avait dénoncé Gilles Platret, porte-parole des Républicains, après la diffusion par l'émission "Quotidien" de propos tenus par Laurent Wauquiez lors d'un cours à l'EM Lyon, jeudi et vendredi. 

Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, lors du conseil national du parti, le 27 janvier 2018 à Paris. 
Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, lors du conseil national du parti, le 27 janvier 2018 à Paris.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

"Mépris", manque de "finesse" et d'"intelligence"... Sur les réseaux sociaux, journalistes, internautes et politiques continuent de dénoncer les propos du porte-parole des Républicains, qui a condamné un journalisme "niveau CAP d'ajusteur-monteur" après la diffusion de propos tenus par Laurent Wauquiez à l'EM Lyon, vendredi par l'émission "Quotidien" sur TMC.

"Est-ce que ça c'est du journalisme ? Non. Ça, éventuellement, c'est un exercice au niveau CAP d'ajusteur monteur", a déclaré Gilles Platret lundi 19 février, lors du point presse hebdomadaire des Républicains. Il réagissait à l'enregistrement d'un cours du président du parti, donné jeudi à l'EM Lyon, dans lequel il critique vivement – entre autres – Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin ou encore Emmanuel Macron. 

"Le mépris de ces gens pour les Français qui travaillent !"

Lundi, la réaction du porte-parole du parti n'a pas manqué de faire réagir sur Twitter. Les anciens ministres François Bayrou et Cécile Duflot ont tous les deux dénoncé le "mépris" de Gilles Platret envers les détenteurs d'un CAP d'ajusteur-monteur. Guillaume Gomez, le chef du palais de l'Elysée, a tenu à dire "bravo" aux titulaires de ce diplôme. "L'apprentissage, filière d'excellence !", a-t-il défendu.

Plusieurs journalistes ont également dénoncé, non sans ironie, "une remarque tout en finesse". "Ni Gilles Platret ni moi ne serions fichus de passer un CAP d'ajusteur-monteur", a réagi l'un d'entre eux. 

Invité de RTL mardi matin, Gilles Platret a reconnu "une maladresse" dans ses propos. "Qu'il y ait une maladresse, je l'entends, mais qu'il y ait mépris, certainement pas", a-t-il affirmé.