Cet article date de plus de deux ans.

Européennes : "La situation est grave, nous devons tout remettre à plat", estime la porte-parole des Républicains

Laurence Sailliet est revenue sur franceinfo sur le bureau politique qui s'est tenu lundi soir autour de Laurent Wauquiez.  

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La porte-parole du parti Les Républicains, Laurence Sailliet, le 7 février 2018. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Laurence Sailliet, porte-parole des Républicains, estime mardi 28 mai sur franceinfo que le temps est venu d'une "remise en cause" et de la "recherche de solutions". Réunis en bureau politique lundi soir, les cadres de LR ont décidé de la tenue d'états généraux, afin de "tout remettre à plat, sans sujet tabou."

"La situation est grave" après le faible score de son parti aux élections européennes, selon Laurence Sailliet. "La remise est cause, c'est pourquoi n'avons-nous pas réussi à convaincre avec notre projet, qui, pourtant, était fourni, élaboré depuis des mois ?" Selon la porte-parole LR, l'organisation d'états généraux à la rentrée permettra un nouveau départ. "L'organisation sera collégiale, chacun pourra s'exprimer, car il ne faut pas se dire que la situation n'est pas grave. Si, la situation est grave. Notre responsabilité est grande, et nous devons tout remettre à plat, sans sujet tabou : les valeurs et les projets."

"Personne ne veut la guerre des chefs" 

Alors que certains cadres du parti, comme la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse ou la maire du 5e arrondissement de Paris, Florence Berthout, appellent à la démission de Laurent Wauquiez de la présidence de LR, Laurence Sailliet affirme que le sujet n'a pas été abordé aussi directement lors du bureau politique de lundi soir. "Ça n'a pas été évoqué de cette façon-là. Eric Woerth a évoqué, peut-être, la question, mais je rappelle qu'il y a encore quelques jours, tout le monde saluait la stratégie qui avait été mise en place par Laurent Wauquiez et par François-Xavier Bellamy [tête de liste aux européennes]", poursuit-elle. 

"Personne ne veut la guerre des chefs, ni nos militants, ni les Français, ni nos élus. Il faut respecter le travail qui a été fait par tous, et ce n'est pas en faisant une guerre des chefs que nous parviendrons à relever la droite", met en garde Laurence Sailliet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Laurent Wauquiez

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.