Elections régionales : les gagnants et les perdants du scrutin

Publié
Durée de la vidéo : 10 min.
Elections régionales : les gagnants et le perdants du scrutin
franceinfo
Article rédigé par
Thierry Curtet - franceinfo
France Télévisions

Au lendemain du premier tour des élections régionales, des enseignements peuvent être tirés du scrutin, notamment la réussite des présidents de région sortants. Le Rassemblement national et la majorité présidentielle réalisent, quant à eux, une contre-performance.    

Laurent Wauquiez (LR), Xavier Bertrand (LR), Carole Delga (PS) et Valérie Pécresse (LR) font partie des grands gagnants du premier tour des élections régionales, qui s'est tenu dimanche 20 juin. "À l’issue des résultats, Laurent Wauquiez et Xavier Bertrand n’avaient pas que les régionales en tête. Xavier Bertrand a voulu intervenir très tôt, vers 20h05 et on nous dit qu’il aurait voulu intervenir plus tôt. Il a lié son avenir politique à sa victoire dans les Hauts-de-France. C’est une façon pour lui de préempter la victoire de la droite, de l’incarner. Mais dans le même temps, Laurent Wauquiez a fait encore mieux", souligne Thierry Curtet, journaliste au service politique de franceinfo. Les présidents sortants et présidentes sortantes sont arrivés en tête dans toutes les régions de métropole et d'Outre-mer, sauf en Provence-Alpes-Côte d'Azur, où Renaud Muselier (LR) est arrivé derrière la liste menée par Thierry Mariani (RN).      

La majorité présidentielle balayée dans les Hauts-de-France     

À Paris, les trois listes de gauche se sont cependant unies contre Valérie Pécresse en vue d'un duel au second tour. L'autre enseignement du scrutin est la contre-performance du Rassemblement national, qui était arrivé en tête dans six régions lors du premier tour du scrutin de 2015. Dans les Hauts-de-France et en Bourgogne-Franche-Comté, ce fut la désillusion pour Sébastien Chenu avec 24% des voix, et Julien Odoul avec 23%. En Île-de-France, le numéro deux du parti, Jordan Bardella, a recueilli seulement 13% des voix. Marine Le Pen a incité dès dimanche soir ses électeurs au sursaut. Par ailleurs, la majorité présidentielle a été balayée dans les Hauts-de-France, où cinq ministres s'étaient investis dans la campagne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Laurent Wauquiez

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.