Démission de Laurent Wauquiez : "Si on ne démontre pas notre utilité, on risque de disparaître" affirme Brice Hortefeux

Brice Hortefeux a salué la démission de Laurent Wauquiez. Il ne sera pas candidat à sa succession et il estime que Les Républicains ont "besoin de l'analyse et de l'expertise" de Nicolas Sarkozy.

Brice Hortefeux pendant la campagne des européennes, le 14 mai 2019.
Brice Hortefeux pendant la campagne des européennes, le 14 mai 2019. (CECILE CHAMPAGNAT / MAXPPP)

"C'est une décision digne des responsables", a estimé sur franceinfo lundi 3 juin Brice Hortefeux, député européen LR, vice-président du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, au lendemain de la démission de Laurent Wauquiez de la présidence des Républicains (LR).

"Il ne voulait pas être un obstacle. Il considérait qu'il l'était et il en a tiré toutes les conséquences, a expliqué Brice Hortefeux. Il avait partagé ses réflexions, ses interrogations. J'ai compris depuis l'Ascension qu'il s'était retiré en famille pour prendre une décision. C'est un choix personnel, familial, politique. Sa décision démontre, contrairement à ce qu'on a essayé d'accréditer depuis plusieurs mois, qu'il a le sens de l'intérêt général et collectif."

Ce n'est pas parce qu'un homme est à terre qu'il faut en profiter pour le piétiner.Brice Hortefeux

Brice Hortefeux souhaite que son parti prenne "un peu de recul". "Les résultats des européennes sont sans doute liés à la campagne, mais c'est surtout la conséquence d'un mal foudroyant qui nous a atteint lors des présidentielles. Un mal foudroyant dont on sait que la guérison sera lente."

C'est Jean Leonetti, maire d'Antibes et vice-président délégué qui assurera la présidence par intérim. "Je ne suis pas candidat à la présidence a déclaré Brice Hortefeux. Je souhaite que la question des hommes passe après la réflexion sur notre utilité. Si on ne démontre pas notre utilité on risque de disparaître." Pour l'ancien ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy a un rôle naturel à jouer. Les Républicains ont "besoin de son analyse et de son expertise". Nicolas Sarkozy "est le dernier à avoir fait gagner la droite à une élection présidentielle. Il a donc une autorité et une légitimité naturelle. Il est attentif et préoccupé par la famille politique qu'il a construite, qu'il a façonnée et qu'il a dirigée."