Agnès Buzyn fait part de son "indignation" après la comparaison de Laurent Wauquiez entre PMA et nazisme

"La fin ne justifie pas les moyens", juge la ministre de la Santé. Le président des Républicains est revenu sur ses propos lundi après avoir estimé la veille que l'ouverture de la PMA à toutes les femmes "mènera nécessairement" à "l'eugénisme".

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, le 14 novembre 2018, à Paris.
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, le 14 novembre 2018, à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

L'argumentaire de Laurent Wauquiez n'en finit pas de susciter la polémique. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a notamment réagi dans une vidéo publiée lundi 19 novembre sur Twitter. "Suite aux propos de Laurent Wauquiez tenus hier devant Sens commun, je souhaite rappeler que la fin ne justifie pas les moyens", déclare-t-elle après que le président des Républicains a comparé PMA et nazisme la veille devant des militants de Sens commun, le courant conservateur du parti de droite.

"Quelles que soient les opinions que l'on peut avoir sur la PMA, aujourd'hui aucune politique publique en France et heureusement n'induit de l'eugénisme", assure Agnès Buzyn. La ministre rappelle au passage la définition de l'eugénisme qui consiste réaliser une sélection génétique pour aboutir à des hommes "parfaits". "Aujourd'hui aucun acte médical ne peut conduire à l'eugénisme, c'est dévoyer le sens des mots", ajoute-t-elle.

C'est irresponsable pour un soi-disant responsable politique et je voulais faire part de mon indignation.Agnès Buzynsur Twitter

Face au tollé suscité par sa comparaison, Laurent Wauquiez a admis lundi que "les débats" sur la procréation médicalement assistée (PMA), la gestation pour autrui (GPA) et l'eugénisme n'étaient "pas les mêmes" que ceux sur l'eugénisme tel que pratiqué par le régime nazi. Dimanche, il avait pourtant affirmé devant des militants issus de La Manif pour tous que l'ouverture de la PMA à toutes les femmes "mènera nécessairement" à la GPA, "la marchandisation des gamètes" et "l'eugénisme". "Tout ceci a un nom, c'est l'eugénisme ; tout ceci a été fait par un régime, c'est le nazisme", a déclaré le président du parti Les Républicains.