Le bureau politique des Républicains adresse un ultimatum à ses responsables "Macron compatibles"

Gérald Darmanin, Edouard Philippe, Sébastien Lecornu, et les députés Franck Riester et Thierry Solère ont huit jours pour s'expliquer auprès du parti, faute de quoi ils en seront exclu.

Gérald Darmanin, le 6 juillet 2017 à Paris.
Gérald Darmanin, le 6 juillet 2017 à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Un pas en avant, un pas en arrière. Après avoir dans un premier temps décidé d'exclure du parti le ministre Gérald Darmanin, le bureau politique du parti Les Républicains a finalement décidé de lui accorder un sursis de huit jours pour que celui-ci puisse s'expliquer sur son rapprochement avec La République en marche. Une procédure identique concerne les autres ministres issus de LR et les deux députés du groupe Les Constructifs.

Le revirement sur le cas de Gérald Darmanin. Le bureau politique avait dans un premier temps décidé d'exclure immédiatement le ministre de l'Action et des Comptes publics, candidat en place non éligible aux dernières élections sénatoriales sur une liste LREM. Finalement, il aura lui aussi huit jours pour répondre à sa famille politique. 

Edouard Philippe et les autres "Macron compatibles" en sursis. Une procédure d'exclusion a également été prononcée à l'égard du Premier ministre, Edouard Philippe, du secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Ecologie Sébastien Lecornu, et des députés du groupe Les Constructifs Franck Riester et Thierry Solère. Ceux-ci disposent eux aussi de huit jours pour s'expliquer auprès du parti.

Les députés LR du groupe Les Constructifs sommés de rentrer dans le rang. Les neufs députés Les Républicains appartenant au groupe Les Constructifs ont également été sommés de rejoindre le groupe de droite à l'Assemblée nationale, sous peine de se voir également exclus du parti. Ils ont jusqu'au 30 novembre pour répondre à leur parti.