Les professionnels du ski satisfaits de l'avancée des vacances de printemps

L'Éducation nationale a décidé d'avancer d'une semaine les vacances de Pâques. De quoi favoriser le tourisme de montagne. Mais la mesure est critiquée par les hôteliers du littoral, qui craignent une baisse de fréquentation.

FRANCE 3

Les vacances de printemps commenceront une semaine plus tôt qu'à l'heure actuelle. C'est ce qu'a annoncé le ministère de l'Éducation nationale pour le calendrier scolaire 2015-2016, dévoilé jeudi 2 avril. Une mesure qui fait le bonheur des stations de ski qui se sentaient pénalisées par des vacances de Pâques se terminant en mai, avec un impact négatif sur la fréquentation. "Le bon sens l'a emporté dans l'intérêt de tous. De l'enfant d'abord, mais aussi de notre économie", explique Pierre Lestas, président de Domaines skiables de France.

La montagne rit, les plages pleurent

Les professionnels du ski espèrent ainsi récupérer une clientèle qui s'orientait vers d'autres destinations. "Quand les vacances scolaires ont changé en 2010, le taux de remplissage a baissé de près de 30%", se souvient Régis Duffes, directeur d'hôtels à La Clusaz.
Mais sur le littoral, on craint que les touristes délaissent les plages. "Il faut que les choses soient un peu mieux équilibrées", assure Serge Sicot, un hôtelier-restaurateur à Royan.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des skieurs à Cauterets (Hautes-Pyrénées), le 26 février 2015.
Des skieurs à Cauterets (Hautes-Pyrénées), le 26 février 2015. (LAURENT DARD / MAXPPP)