Cet article date de plus de neuf ans.

Les premiers résultats des circonscriptions les plus importantes

Le second tour des législatives s’est terminé dimanche 17 juin par une victoire de la gauche parlementaire. A droite, l’UMP doit se résigner à une défaite. Francetv 2012 présente les résultats des circonscriptions les plus emblématiques.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Claude Guéant et Thierry Solère se croisent à Boulogne-Billancourt, le 27 mai 2012. (AFP - Thomas Samson)

Le second tour des législatives s'est terminé dimanche 17 juin par une victoire de la gauche parlementaire. A droite, l'UMP doit se résigner à une défaite. Francetv 2012 présente les résultats des circonscriptions les plus emblématiques.

Avec un taux d'abstention record, le second tour des législatives se solde dimanche par une victoire de la gauche parlementaire. A droite, l'UMP de l'ancien président Nicolas Sarkozy doit se résigner à une défaite, malgré les appels de son secrétaire général Jean-François Copé. Le FN se réjouit de pouvoir s'exprimer à l'Assemblée nationale. Francetv 2012 présente les premiers résultats des circonscriptions les plus emblématiques.

  • Parti socialiste

Jack Lang n'a pas réussi à gagner son pari de prendre la 2e circonscription des Vosges. Une étape obligatoire pour l'ancien ministre de la culture qui visait le perchoir à l'Assemblée. Il s'incline donc avec 49,12% des suffrages contre le député UMP Gérard Cherpion (50,88%), élu depuis 2002.

Ségolène Royal n'a pas réussi à battre le dissident socialiste Olivier Falorni dans la 1ère circonscription de Charente-Maritime. Elle obtient 37,03 des votes. Olivier Falorni recueille 62,97% des voix. "C'est le résultat d'une trahison politique", a-t-elle déclaré, avant même la publication des résultats. La première secrétaire du PS Martine Aubry était venue apporter son soutien à Mme Royal, mardi à La Rochelle, en compagnie de Cécile Duflot, ministre (EELV) du gouvernement Ayrault.

La ministre déléguée en charge des personnes handicapées Marie-Arlette Carlotti semble avoir remporté le scrutin dans la 5ème circonscription des Bouches-du-Rhône, face au député sortant Renaud Muselier, selon des résultats encore provisoires. L'ancien ministre UMP a reconnu sa défaite se disant victime d'une "vague rose".

Le ministre délégué auprès du Garde des Sceaux, Benoit Hamon est élu avec 55,38% des suffrages. Il bat le député UMP sortant Jean-Michel Fourgous qui obtient 44,62% des votes.

  • Modem

Dans son fief béarnais, la 2e circonscription des Pyrénées-Atlantiques, le dirigeant centriste François Bayrou a été largement battu, avec 30,17% des suffrages, par une candidate socialiste Nathalie Chabanne, qui recueille 42,78% des voix. Le patron du Modem se trouvait dans une situation de triangulaire avec un candidat UMP Eric Chabanne, obtenant 27,04%. François Bayrou ne retrouvera pas les bancs de l'Assemblée nationale où la famille centriste dans son ensemble devrait perdre de son influence.

  • Union pour une majorité populaire

L'ancien ministre de l'Intérieur et proche de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant (UMP) a été battu dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine par le dissident de l'UMP Thierry Solère de quelques voix. L'élu local avait choisi de maintenir sa candidature. La socialiste Martine Even s'était elle aussi qualifiée pour le deuxième tour en réalisant un score de 22,14%.

Nadine Morano (UMP) a été nettement battue dimanche par son adversaire socialiste Dominique Potier, dans la cinquième circonscription de Meurthe-et-Moselle, où elle était élue depuis 2002. Le socialiste a recueilli lui 55,67% des suffrages exprimés, contre 44,33%. Distancée au premier tour de près de cinq points déjà, l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, avait appelé immédiatement les électeurs du Front national (16,45% au premier tour) à se reporter sur sa candidature. Elle avait ensuite renouvelé son appel dans l'hebdomadaire d'extrême droite "Minute".

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a été réélu dimanche député de la 6e circonscription de Seine-et-Marne, avec 59,63% des voix, a annoncé une source UMP. Le maire de Meaux était opposé, au second tour des élections législatives, à Caroline Pinet, candidate d'Europe Ecologie-Les Verts soutenue par l'ensemble de la gauche.

L'ancienne ministre UMP Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé sa réélection dans la 4e circonscription de l'Essonne, "avec plus de 51% des voix", après un duel serré avec le PS Olivier Thomas, et alors que le FN avait appelé ses électeurs à la faire battre. L'ancienne porte-parole de Nicolas Sarkozy faisait partie, comme sept autres candidats (3 UMP, 3 PS, 1 EELV), d'une liste de candidats que le FN avait appelé à faire battre. Et, dans son cas, Marine Le Pen avait explicitement appelé les électeurs frontistes à voter PS, en guise de rétorsion contre des prises de position anti-FN de l'ex-ministre.

Xavier Bertrand est, lui, élu d'extrême justesse (50,25%) contre la candidate socialiste Anne Ferreira dans la 2e circonscription de l'Aisne.

Dans la 3e circonscription des Yvelines, l'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, remporte le scrutin avec 61,85% des suffrages, devant la socialiste Fabienne Gelbon Bilbaut (38,15%). Au premier tour, il a dû faire face à la dissidence d'Olivier Delaporte.

  • Front national

L'avocat Gilbert Collard est arrivé en tête dans la 2e circonscription du Gard avec 42,82% des voix devant la candidate socialiste, Katy Guyot, qui a recueilli 41,56% des suffrages et le député sortant UMP, Etienne Mourrut avec 15,63% des voix. Âgé de 64 ans, l'homme a annoncé vouloir exercer à l'Assemblée nationale "une mission de casse-couille démocratique" qui "ne laissera rien passer".

Candidate FN dans la 3e circonscription du Vaucluse, Marion Maréchal-Le Pen s'impose avec 42,09% des suffrages, face au député sortant UMP Jean-Michel Ferrand (35,82%) et à la PS Catherine Arkilovitch (22,08%). Le PS avait demandé à sa candidate socialiste de se retirer du second tour, ce qu'elle a refusé de faire.

Candidate FN dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, Marine Le Pen (49,88%) a dû s'incliner devant le candidat socialiste Philippe Kemel, à quelques voix près (50,11%). En conséquence, la candidate frontiste a demandé le recomptage des voix dans la circonscription. Lors du premier tour, elle était arrivée en tête du scrutin face au socialiste et au leader du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon.

Le porte-parole du Front national Florian Philippot n'a pas su s'imposer dans la 6e circonscription de la Moselle face au maire socialiste de Forbach Laurent Kalinowski. Celui-ci a reçu pendant la campagne électorale un soutien appuyé du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui s'était déplacé à Forbach.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.