Cet article date de plus de neuf ans.

Les militants PS craignent que l'affaire Merah fasse "monter Le Pen et Sarkozy"

Au meeting de François Hollande, jeudi soir, les militants socialistes sont revenus sur les tueries du sud-ouest et la mort de Mohamed Merah.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le meeting de François Hollande à Aurillac le 11 mars 2012. (T MARSILHAC  / MAXPPP)

A Aurillac, jeudi 22 mars, la plupart des sympathisants venus assister au meeting de François Hollande craignaient que les événements de Toulouse et de Montauban ne fassent pencher la campagne au profit de Nicolas Sarkozy et de Marine Le Pen.

"C'est grave parce qu'ils vont utiliser ce qu'il s'est passé, s'indigne Gilbert, venu tout spécialement du département voisin de l'Aveyron. Sarkozy en a déjà profité pour passer tous les jours à la télé. Malheureusement, je crois que ça va le faire monter, comme Marine Le Pen." Nombreux sont ceux qui appréhendent l'irruption du thème de la sécurité dans la campagne, mais tous, comme Paulette, veulent croire "que les gens seront plus intelligents que ça, qu'ils sont capables de réfléchir". En clair, qu'ils ne se laisseront pas séduire ni par le discours très dur de la dirigeante frontiste, ni par l'hyperactivité du président candidat.

Face à la droite, leurs avis divergent quant à la conduite à adopter. "A mon avis, François Hollande devrait aborder ce thème de la sécurité afin de ne pas se laisser déborder", conseille François, un étudiant de 23 ans. Pour Eric, au contraire, même si ce thème ressurgit, le candidat PS "ne doit surtout pas aller dans ce sens, et rester lui-même, à tout prix". Pour Michel, enfin, Nicolas Sarkozy et François Hollande seraient bien inspirés de s'inspirer de la "trêve" observée pendant trois jours. "Ils n'ont vraiment pas intérêt à allumer des polémiques à ce sujet. Les Français ne le pardonneraient ni à l'un ni à l'autre."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.