Les militants d’Europe Ecologie - Les Verts croient toujours au sens de la candidature Joly

Des sondages toujours trop bas, des difficultés de financement. Décidément, la campagne présidentielle d’Eva Joly n’est pas de tout repos. Mais les militants EELV soutiennent toujours leur candidate mercredi 28 mars à Bordeaux.

Des militants entourant Eva Joly en décembre 2011 àn Paris
Des militants entourant Eva Joly en décembre 2011 àn Paris (MIGUEL MEDINA / AFP)

Des sondages toujours trop bas, des difficultés de financement. Décidément, la campagne présidentielle d'Eva Joly n'est pas de tout repos. Mais les militants EELV soutiennent toujours leur candidate mercredi 28 mars à Bordeaux.

Malgré des sondages qui plafonnent à 2 % d'intentions de vote pour leur candidate à l'élection présidentielle, Eva Joly, les militants d'Europe Ecologie - Les Verts ne perdent pas le sourire. Et beaucoup croient encore en la capacité de l'ancienne magistrate à atteindre les 5 %, synonyme de remboursement.

C'est le cas de Marc, qui a trouvé Eva Joly "très posée". "On retrouve la Eva Joly qu'on attendait", se réjouit-il.

"Je distribue des tracts sur les marchés, ajoute-t-il. Et je vois que les gens sont plus intelligents qu'on voudrait le croire, parce qu'ils apprécient sa candidature : Eva Joly ne fait pas campagne sur l'émotion."

Le militant convient que la personnalité de la candidate n'est pas en adéquation avec le mode de scrutin que représente l'élection présidentielle.

"Eva Joly est la seule candidate qui n'est pas une politique politicienne, estime-t-il. Elle fait peur à toute la France et aux politiques parce qu'elle n'est pas gérable."

C'est la raison pour laquelle François ne voit pas la députée européenne au ministère de la justice.

"Ce n'est pas son but, affirme-t-il, ayant foi en la démarche de celle qui a reçu le prix Sophie en Norvège pour le combat qu'elle a mené contre la corruption. Ce qui révolte les militants c'est d'avoir l'impression de servir de marchepied à quelqu'un qui a de l'ambition."

"Naturel rafraîchissant"

Françoise, elle, est persuadée qu'Eva Joly serait "excellente" ministre de la justice. "Même si ce n'est pas le but", convient-elle.

Elue à la communauté de communes de Cognac, cette militante assure que l'ancienne magistrate fait campagne pour les "idées".

"Il faut arrêter l'économie productiviste", lance-t-elle. Un objectif passé sous silence depuis le début de la campagne, à croire que la candidate écologiste tente d'opérer un virage à gauche.

Un point de vue que partage Anne. Sympathisante, elle estime qu'Eva Joly "porte des idées révolutionnaires".

"J'ai l'impression que les gens ont peur du changement et préfèrent l'immobilisme, déplore-t-elle. Ses propositions sont sans doute trop en avance sur son temps."

Quant à l'accord PS-EELV, Françoise ne se fait "aucune illusion". "Il y aura des dissidences dans toutes les circonscriptions", sourit-elle.

Qu'à cela ne tienne ! A croire que les écologistes partagent le sens politique de leur candidate, à savoir : "exprimer des idées, avec un naturel rafraîchissant".