Cet article date de plus de neuf ans.

Les maires ruraux fixent dix priorités aux candidats à la présidentielle

Les maires ruraux ont adressé aux candidats à la présidentielle mercredi 8 février un document fixant dix priorités pour la ruralité, sur lesquelles ils veulent "les voir passer à l'acte".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les maires des communes rurales ont communiqué leurs priorités aux candiats à la présidentielle (AFP)

Les maires ruraux ont adressé aux candidats à la présidentielle mercredi 8 février un document fixant dix priorités pour la ruralité, sur lesquelles ils veulent "les voir passer à l'acte".

Les campagnes tiennent à faire entendre leur voix auprès de ceux qui convoitent le fauteuil de l'Elysée. "Nous souhaitons entendre les candidats sur ces propositions, et surtout les voir passer à l'acte, et non pas les oublier une fois l'élection passée", a déclaré mercredi Vanik Berberian, président de l'association des maires ruraux de France (AMRF).

Comme "priorité des priorités", il a cité l'accès au très haut débit sur l'ensemble du territoire avant la fin du prochain mandat présidentiel, soit 2017, au lieu de 2025 comme prévu. "Nous ne pouvons pas attendre cette échéance", a-t-il dit. "Il ne peut pas y avoir de développement en zone rurale, ni même de maintien de l'activité, sans cet équipement", a-t-il expliqué.

L'AMRF veut aussi qu'un caractère contraignant soit appliqué à la charte des services publics en milieu rural signée en 2006. "Cette charte n'a qu'une valeur décorative et n'est pas appliquée", a déploré M. Berberian. Elle prévoit par exemple qu'en matière d'éducation les élus soient informés d'une fermeture de classe deux ans avant et que la décision soit accompagnée d'une étude d'impact, a-t-il rappelé, soulignant que "c'est rarement le cas".

Parmi les autres demandes figurent une politique de l'habitat en milieu rural, un plan de développement de la vie associative, ou une loi de modernisation du statut de l'élu local.

"Ras-le-bol"

Les maires ruraux réclament à nouveau l'égalité de traitement entre eux et les urbains. "Nous en avons ras-le-bol d'être considérés comme des demi-portions", a dit M. Berberian. "Pour toutes les dotations de l'Etat aux collectivités, l'urbain reçoit deux fois plus que" le rural, a-t-il affirmé.

Les maires ruraux demandent également la réaffirmation de l'autonomie des 36.000 communes, ainsi que l'élection au scrutin de liste pour les municipales dans toutes les communes.

Enfin, ils proposent la création d'une mission interministérielle à l'aménagement du territoire qui ait une volonté politique, distincte de la Datar considérée comme un outil.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.