Les gendarmes ont mis fin à l'occupation du site de Sivens

L'évacuation des occupants du site du barrage controversé de Sivens, dans la Tarn, débutée à la mi-journée vendredi, a pris fin peu avant 15h, "sans incidents majeurs", a déclaré Bernard Cazeneuve. Vingt et une personnes ont été interpellées. Un peu plus tôt dans la matinée, le conseil général du Tarn s'était prononcé pour l'abandon du projet de barrage initial.

(L'ordre d'évacuation des occupants du site du barrage controversé de Sivens a été donné vendredi à la mi-journée. Photo d'illustration © Maxppp)

L'évacuation des derniers zadistes du site de Sivens, dans la Tarn, qui avait débuté vers 13 heures vendredi, s'est terminée peu avant 15h. Un important dispositif de gendarmes, avec 300 hommes, une vingtaine de camions, des véhicules et deux hélicoptères avaient été déployés.

Une quarantaine de zadistes opposés au projet se trouvaient toujours sur le site au début de l'opération. Les agriculteurs qui étaient encore sur place jeudi s'étaient en revanche déjà retirés de la zone.

Douze personnes en garde à vue

D'après le ministère de l'Intérieur, des discussions ont eu lieu avant le début de l'évacuation pour proposer des sorties sécurisées à certains des zadistes. Les occupants restés sur le site ont dû être sortis un par un.

Peu avant 15h, les gendarmes annonçaient avoir mis fin à l'occupation de la zad. Vingt et une personnes ont été interpellées lors de cette opération, a indiqué Bernard Cazeneuve lors d'une conférence de presse après cette évacuation, et douze placées en garde à vue.

"Aujourd’hui à Sivens le droit et la démocratie ont prévalu sur la violence" (Bernard Cazeneuve)

Le ministre de l'Intérieur s'est félicité du déroulement de cette opération, "sans incidents majeurs". "Aujourd’hui à Sivens le droit et la démocratie ont prévalu sur la violence et c’est une victoire de la République ", a-t-il déclaré. "Aucun blessé" n‘est à déplorer, a insisté le ministre de l'Intérieur, félicitant notamment l'ensemble des forces de l'ordre. Des dispositions ont été prises "pour que la zone désormais dégagée le demeure dans la durée ", a-t-il encore précisé.

Le projet de barrage initial abandonné

Un peu plus tôt dans la matinée, le projet d'étendue d'eau alternative au barrage contesté de Sivens a été adopté à une large majorité par le conseil général à Albi. Un projet plus petit, situé en amont du projet d'origine.

Cette décision et ce vote interviennent après six mois d'affrontements entre militants opposés au projet  et agriculteurs riverains qui le disaient nécessaire.

A LIRE AUSSI ►►► Sivens : le conseil général du Tarn réduit le projet de barrage