Cet article date de plus de huit ans.

Les écologistes sont suspendus au second tour pour atteindre leur objectif

Les candidats Europe Ecologie-Les Verts ont recueilli, dimanche, 5,3% des voix, selon les dernières estimations. Un score légèrement en-dessous de leurs espérances qui peut toutefois leur permettre d'atteindre leur objectif : un groupe à l'Assemblée.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Ecologistes et socialistes arrivent en tête du 1er tour des législatives, selon un sondage Ifop. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Les candidats Europe Ecologie-Les Verts ont recueilli, dimanche, 5,3% des voix, selon les dernières estimations. Un score légèrement en-dessous de leurs espérances qui peut toutefois leur permettre d'atteindre leur objectif : un groupe à l'Assemblée.

Les 46 millions d'électeurs français ont voté, dimanche 10 juin, à hauteur de 5,3% pour EELV. Ce score se situe légèrement en-dessous des espérances des écologistes qui comptaient sur la dynamique de la majorité présidentielle.

Leur objectif était de créer un groupe parlementaire à l'Assemblée nationale, ce qui n'est pas exclu au soir du premier tour des législatives. Il faut en effet 15 sièges pour cela, tandis que les estimations leur en donnent 12 à 16.

Rien n'est joué donc, même si les écologistes se disent "confiants". Au total, au moins 25 candidats EELV sont qualifiés au 2e tour des législatives.

"Nous sommes au bord d'un moment historique pour EELV, c'est son entrée à l'Assemblée nationale, a estimé Cécile Duflot, secrétaire nationale de EELV. On verra ce qu'il en est, mais plus de 5% c'est un très bon score."

Même point de vue pour Pascal Durand, porte-parole de EELV pour qui "ce résultat est une excellent nouvelle".

"La dynamique de cette majorité fonctionne, affirme-t-il. Au second tour, il faut rester mobilisé."

Maintien des écologistes dans plus d'une vingtaine de circonscriptions

Les écologistes ont réussi à créer la surprise, parvenant à se qualifier au second tour dans plus d'une vingtaine de circonscriptions (25 à 29, selon les sources), malgré des dissidences socialistes.

Certes, dans les zones rurales où l'ancrage local est décisif, les écologistes n'ont pas pu faire la différence. Mais dans les zones urbaines où la couleur politique joue grandement dans les choix électoraux, les candidats EELV ont pu montrer qu'ils pouvaient peser.

Cécile Duflot, candidate dans la 6e circonscription de Paris, a obtenu près de 48% des suffrages. Denis Baupin a remporté lui 43% des voix dans la 10e circonscription de la capitale.

Dans la 9e circonscription de l'Isère (Rhône-Alpes), Michèle Bonneton obtient 40,2% des suffrages.

Dans la deuxième circonscription d'Indre-et-Loire (Centre), Christophe Rossignol, candidat EELV soutenu par le PS, a pu compter sur une bonne dynamique de campagne, et sur le soutien de Michel Sapin, ministre du travail, et Marisole Touraine, ministre des affaires sociales. Il a obtenu 25,49% des voix.

Dans la 2e circonscription des Alpes-Maritimes (région Paca), l'écologiste André Aschieri se maintient au second tour avec 22,38 des voix, malgré la dissidence du socialiste Fabrice Lachenmaier.

Même chose pour Paul Molac dans la 4e circonscription du Morbihan (Bretagne), où l'écologiste obtient 26,04% des voix, malgré une dissidence socialiste.

Plusieurs figures écologistes battues

Dans la 8e circonscription du Nord, Slimane Tir, écologiste soutenu par le PS, ne remporte que 21,4% des voix. Les résultats définitifs diront si oui ou non, il peut se maintenir au second tour.

Mauvaise nouvelle pour Philippe Meirieu éliminé au premier tour dans la 1ère circonscription de Lyon, en raison de la dissidence socialiste de Thierry Braillard, soutenu par le maire (PS) Gérard Collomb.

Dans la 5e circonscription du Calvados, Isabelle Attard (EELV) pourrait se maintenir avec 21,47%, d'après les estimations données dans la soirée. La circonscription était jugée difficile puisque François Hollande n'avait atteint que 50,10% des voix au second tour de la présidentielle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.