Les chefs d’entreprise ne veulent plus de Sarkozy

L’ancien président va rencontrer Vladimir Poutine mais il en faudra plus pour reconquérir son électorat.

(Nicolas Sarkozy lâché par les patrons © MAXPPP)

 Pour sa troisième visite à son ami russe depuis qu’il a quitté l’Elysée, Nicolas Sarkozy fait les choses en grand. Dans ses bagages il emmène Rachida Dati, ex-garde des Sceaux, aujourd’hui députée européenne, Christian Jacob, président des députés Les Républicains, Gérard Longuet, sénateur, et Pierre Lellouche, député et délégué aux affaires internationales du parti. Cette délégation, digne d’une visite d'Etat, va s'envoler pour Moscou mercredi après-midi. Jeudi, Vladimir Poutine recevra Nicolas Sarkozy. L’ancien président sera en direct de Moscou pendant une heure, le soir même sur BFMTV pour évoquer les relations entre la France et la Russie mais aussi la guerre en Syrie. Le président de Les Républicains brique ses galons d’homme d’Etat, mais il ferait sans doute mieux de redorer son blason auprès des militants et de ceux qui l’ont soutenu mais qui s’éloignent. D’après l’un de ses fidèles, Nicolas Sarkozy est certes "le seul à susciter encore de la ferveur", mais le rejet qu’il provoque ne fait que s’amplifier, même chez les militants les plus motivés. Et d’après cet élu il y a plus grave : "Les CSP+, les professions libérales et les chefs d’entreprise n’en veulent plus."

Une info du zapping politique de France Info diffusé du lundi au vendredi à 8h23 et 10h10